Archive: 28 mars 2021

Boycott du coton de XinJiang: Le Test

Le textile est l’une des grandes industries de la Chine. En 2018, la Chine a exporté pour 119 Milliards de Dollars de produits textiles.

https://fr.statista.com/statistiques/559768/principaux-pays-exportateurs-textiles-valeur-exportations-monde/

La Chine compte des villes entières dont l’économie est basée sur la confection de la chaussette ou autre produits textiles bien identifiés. Et l’une des matières premières de cette industrie est bien le coton. Ça tombe bien, la province autonome de XinJiang, région des ouïghours, produit l’un des meilleurs cotons au monde et en quantité impressionnante.

Sur fond de dispute entre la Chine et l’Occident sur les droits de l’homme à XinJiang, de grandes marques occidentales appellent au boycott du coton produit de cette région. Parmi lesquelles, on trouve Nike, H&M, GAP, TOMMY HILFIGER … Toutes, sont présentes sur le marché chinois. Ça, c’est très intéressant. Mais pourquoi font-ils cela s’ils sont encore présents en Chine? Qui est derrière tout cela? Les USA?

La réponse n’est pas aussi évidente. Avant de remonter jusqu’à un état souverain, il vous faudra vous familiariser avec les ONG et les agences à 3 lettres ( non, je ne parle pas de la CIA, ni de la NED ou autre NSA). Il s’agit, ici, de la BCI ( Better Cotton Initiative: https://bettercotton.org/about-bci/ )

Qu’est ce que c’est?

C’est une ONG Suisse luttant pour un coton produit dans de bonnes conditions sociales, humaines et environnementales. C’est beau sur le papier, mais cela ne l’est pas tellement quand on retourne le papier:

https://blog.la-pigiste.com/2019/03/25/la-vaste-arnaque-du-coton-de-la-filiere-better-cotton-initiative-bci/

En effet, d’après ce blog qui s’est inspiré d’une enquête de cash investigation, quand on aura parcouru l’intégralité indigeste de la charte de la BCI, on s’aperçoit qu’elle est plutôt très peu regardante sur le respect environnemental. Les OGM et produits chimiques toxiques pour l’environnement et l’humain sont autorisés ( pas interdits ). C’est la crédibilité de la BCI qui en prend un coup sur l’aspect écologique. Mais la BCI ouvre la porte au marché international. Alors, pratiquement toutes les marques de textiles adhèrent à la BCI, c’est une quasi obligation. Et pourtant, cette démarche est simplement en train de “tuer” le vrai coton bio.

Ce n’est pas tout, l’enquête a montré autre chose:

https://fr.fashionnetwork.com/news/coton-epinglee-par-cash-investigation-la-better-cotton-initiative-repond,896917.html

dont le reportage a été diffusé sur France 2 le 28 Novembre 2017:

https://www.francetvinfo.fr/replay-magazine/france-2/cash-investigation/cash-investigation-du-mardi-28-novembre-2017_2478912.html

En effet, d’après le reportage, la BCI s’est également montrée “conciliante” avec le travail des enfants dans les conditions d’esclavage en Ouzbékistan et surtout au Bangladesh.

Nous voyons que la BCI est en réalité un logo vide de façade. Le grand public sera sûrement séduit par ses engagements théoriques. Et les multinationales sont toujours libres de faire à peu près ce qu’elles veulent. C’est ce qu’on appelle un business win-win bien monté. Quand on sait que la Turquie était ( et l’est peut-être encore) impliquée dans des trafics de pétrole et du coton en provenance de le Syrie, où des crimes contre l’humanité ont été et sont encore commis sans que la BCI s’en émeuve …

Mais pourquoi s’est-elle montrée tout un coup intransigeante sur la question des droits de l’homme à XinJiang? D’où lui vient cet amour soudain pour ce peuple ouïghour?

La réponse est indirectement fournie par la responsable de l’antenne de la BCI à ShangHai:

http://m.news.cctv.com/2021/03/27/ARTIEAix6FLRIDuVMNFnB7JI210327.shtml

Elle déclare à la fin de l’interview par la CCTV, la chaîne chinoise officielle: Si la BCI bloque l’exportation du coton de XinJiang, c’est à peu près 500000 tonnes de cotons qui n’entrent pas sur le marché.

Un demi million de tonnes de cotons sera pourri sur place à XinJiang. Voilà l’enjeu, c’est l’argent.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Coton#Le_coton_en_Asie

Ce lien wikipedia montre que la Chine est le premier producteur du coton en Asie. L’inde suit de très près, arrive en 2ième position. Cela devrait nous interpeller. En effet, un sommet virtuel “quad” a eu lieu le 12 Mars 2021 entre les USA, l’Inde, le Japon et l’Australie. Il est intéressant de constater la présence d’un très grand producteur mondial du coton parmi les 4 pays. De là, faire le lien avec ce boycott du coton de XinJiang, il n’y a qu’un pas.

L’objectif est tout à fait claire: sortir de la dépendance vis à vis de la Chine sur les chaînes d’approvisionnement à l’échelle mondiale. Ce faisant, cela portera un coup dur à l’économie de la région de Xinjiang, pièce maîtresse du gigantesque projet de la nouvelle route de la soie. La question n’est pas de savoir si le marché intérieur chinois sera capable d’absorber le surplus de coton, mais d’observer comment la Chine va faire pour garder la main sur la chaîne d’approvisionnement, ou, contourner l’offensive de Biden par d’autres moyens. L’accord d’investissement avec l’Europe et la signature de RCEP peuvent être vus comme moyen de contrer la tentative étasunienne de retirer la Chine de l’approvisionnement mondial.

Mais revenons à nos cotons, qu’en est-il du coton indien?

https://base.d-p-h.info/fr/fiches/dph/fiche-dph-7570.html

D’après cet article très complet sur le sujet, on y voit surtout de l’ombre américaine, à travers Monsanto… Le semencier controversé fourni en effet des variétés de coton OGM qui pose problème à l’environnement en Inde. La variété BT (monsanto) ne convient pas à l’environnement local, et les paysans indiens continuent à employer massivement les produits toxiques dans les champs de coton, comme le montre ce reportage de France 2, diffusé le 9 février 2018:

https://www.francetvinfo.fr/monde/environnement/pesticides/conso-la-face-cachee-du-coton_2603186.html

L’objectif de cet article n’est pas de démontrer qui a raison ou tort sur ce sujet du coton à XinJiang, mais de montrer les enjeux géostratégiques, économiques, humains, environnementaux du coton. C’est loin d’être aussi simple qu’une querelle entre marques de vêtement et les consommateurs chinois.

C’est la première vraie bataille engagée dans la nouvelle guerre froide qui oppose la Chine au bloc Occidental.

C’est un test pour la Chine: est-elle prête pour cet affrontement sans merci ? C’est un test pour le bloc Occidental: a-t-il encore les moyens d’étouffer l’ascension la Chine vers la place d’une grande puissance mondiale?

C’est comme au début d’une grande offensive terrestre: les 2 camps ajustent le tir de l’artillerie lourde en tirant un coup de pointage. Les suivants seront pour tuer.

Quand l’Europe s’étonne de recevoir la monnaie de sa pièce par la Chine

Dans ce prélude à cette nouvelle guerre froide voulue par l’occident, la situation s’est encore détériorée.

crédit: Adobe Stock

L’union Européenne a ouvert le bal et a décidé d’appliquer des sanctions contre quatre dirigeants chinois du PCC considérés comme étant responsables de la politique repressive menée au Xinjiang contre l’Islamisme radical. Ces sanctions concernent des avoirs détenus par ces personnes, et l’interdiction de se rendre en Europe.

Mais pour la première fois, la Chine a répliqué. Et c’est une première. 10 personnalités européennes sont ciblées dont le chercheur allemand Adrian Zenz, menteur professionnel, et principal divulgateur de fake news concernant cette région où il n’a jamais mis les pieds. La plupart des accusations qu’il porte sont truffés d’erreurs, d’approximations, d’omissions, etc…. Figurent également l’euro député Raphael Glucksmann, qui fait de la reprise des mensonges de Zenz son fond de commerce. Personnage peu charismatique, il a trouvé son cheval de bataille pour que l’on parle de lui, rien que de lui. Son père, André Glucksmann, était dans sa jeunesse un maoïste convaincu. Un souci œdipien pour Raphael, dans sa haine du PCC? En tout cas, ces personnalités sont interdit de séjour en Chine, à Hong Kong et Macao. Pékin a dénoncé des actes « portant gravement atteinte à la souveraineté et aux intérêts de la Chine et des mensonges ainsi que de la désinformation » ainsi que ” l’attitude condescendante de l’Europe qui se considère comme un professeur des droits de l’homme”.

Enfin ! La Chine répond, et accuse l’Union européenne, et certains de ses députés, de mensonges, propagande grossière et d’ingérence. Il n’était que temps. Certes, ces mesures sont anecdotiques, certes les principaux intéressés sont même fiers d’avoir cette “médaille” autour du cou.( dixit Glucksmann sur son compte twitter). Mais c’est un signe que la Chine ne s’abaissera pas et ne se laissera pas intimider.

Alors certes, Lu Shaye, l’ambassadeur chinois commet certaines maladresses, voire erreurs, comme sa sortie l’été dernier concernant les Ehpad en France. Ou bien encore, sa riposte digne d’une dispute de cour d’école, au chercheur français Antoine Bondaz, le qualifiant de “petite frappe”. L’ambassade de Chine, deuxième puissance mondiale, n’a pas a se rabaisser à ce point là, et insulter des individus dont personne ne connait l’existence, et sur qui désormais, tous les projecteurs sont soudains braqués..

Certes la Chine doit répliquer quand des mensonges sont proférés, elle doit répliquer quand des sanctions lui sont portées, mais les insultes de cour d’école ne sont pas dignes et à la hauteur du débat. En répondant point par point, fait contre fait, la Chine en sortira grandie.

La Guerre USA-Chine démarrera-t-elle à Taiwan ?

Si on utilise le vocabulaire américain, il y a une ligne rouge que personne ne peut franchir sans provoquer une guerre directe et immédiate avec la Chine. Il s’agit bien de la question de Taiwan. L’indépendance de l’île signifie le début des opérations militaires immédiates et sans retour en arrière possible de la part de la Chine.

Tous les pays le savent, Taiwan le premier. La stratégie de Obama était de préserver cette zone au cœur de la zone chinoise comme une épine dans le pied de pékin. Puis, faire front commun avec les alliés traditionnels pour étouffer la Chine afin qu’elle cède sous le pression venant de tous les côtés. C’est une stratégie bien connue du jeu de Go. Un jeu où les démocrates sont passés maîtres.

Trump était assez étranger à toutes ces subtilités. Il préfère appuyer fort sur Taiwan pour le faire devenir le fer de lance de sa politique d’agression directe. Mais ce qu’il ne comprend pas, est que si on tente de faire avancer des pièces isolées en terrain ennemi, cela pourrait pousser l’ennemi qui en a les moyens de les éliminer les premiers. On perd alors l’initiative sur l’échiquier (du jeu de GO), et l’offensive risque de se transformer en un jeu défensif.

Que fait Biden?

Ou plutôt Obama II ?

Voyons ce qui se passe à Taiwan depuis l’investiture de celui-ci.

Le 1er Février, un événement important est passé totalement inaperçu sur les médias français, trop occupé à traquer le pangolin responsable de la pandémie dans les restaurants chinois du 13ièm arrondissement de Paris. Il s’agit du retour sue la scène politique de ZhaoShaoKang ( 赵少康 ).

Ancienne étoile montante du parti nationaliste GuoMinDang, il s’est retiré de la politique dans les années 90 pour se consacrer à sa vie médiatique. Son retour au parti d’opposition intrigue. Il est claire qu’il se prépare pour les élections de 2024. La question est, qui a été capable de le convaincre de revenir en politique après toutes ces années? En effet, le parti nationaliste a perdu les deux dernières élections au profit de du Parti démocrate progressiste de CaiYingWen ( 蔡英文), pro-US. Celle-ci était particulièrement active durant les émeutes à HongKong.

Mais seulement voilà, les vents ont tourné pour elle. Même Time qui avait pourtant élu Mme. Cai comme la seule personne capable de diriger la seule démocratie chinoise, a du retourner sa veste.

voici parmi les 100 personnalités émergentes de 2021, élues par Time.

https://time.com/collection/time100-next-2021/5937701/johnny-chiang/

On retrouve un certain Johnny Chiang ( 江啟臣), actuel président du parti d’opposition nationaliste. Inconnu ou presque en Occident, le voilà promu comme une personne sur qui il faut compter en 2021. Lui, qui doit aussi accueillir le retour d’un vieux routard de la politique comme ZhaoShaoKang au sain de son parti pour contrer Mme. Cai en 2024.

La lecture est la suivante: Cai est lâchée par Biden. Celui-ci ne veut pas de guerre directe avec la Chine. Cai est considérée comme trop indépendantiste, et gène le jeu américain. La guerre Chine-USA sur la question de Taiwan n’aura très probablement pas lieu sous l’administration Biden.

Mais, cette guerre militaire mais silencieuse, sous une forme méconnue du grand public, a bien eu lieu, 3 jours après l’investiture de Biden, en mer de Chine du sud. Il s’agit d’un affrontement directe de guerre électronique entre la US NAVY et l’APL.

On voit que la guerre peut avoir lieu n’importe d’où, n’importe quand, sous n’importe quelle forme. Il n’est pas nécessaire d’avoir mort d’homme, mais les conséquences peuvent être tout aussi désastreuses pour les perdants. Si le point chaud n’est plus l’île de Taiwan, il existe bien. Et avec Biden, il risque d’y avoir de plus en plus de points chauds sur tous les fronts. On reconnaît bien le style d’Obama.

La Chine et la Russie ont pour projet de créer une station internationale de recherche lunaire

Le 9 mars, dans un communiqué conjoint, Zhang Kejian, directeur de l’Agence spatiale chinoise (CNSA, China National Space Administration), et Dmitry Olegovich Rogozin, directeur général de Roscosmos (Russian National Aerospace Corporation), ont annoncé avoir signé un « Mémorandum d’accord entre le gouvernement de la République populaire de Chine et le gouvernement de la Fédération de Russie pour la construction en coopération d’une station internationale de recherche lunaire. »

On ne sait pas précisément s’il s’agira d’une station au sol ou en orbite, mais nous sommes prêts à parier qu’il s’agira d’une station au sol d’autant plus que les américains ont un projet similaire pour la fin de la décennie.

Les plans de l’Agence spatiale chinoise prévoient la construction d’une base lunaire près du pôle sud qui devrait être mise en service vers 2035, suivie d’une présence humaine prolongée et permanente pour la période 2036-2045.

On a vraiment si peur des téléphones Huawei?

Non.

Mais il fallait bien une feuille pour cacher la forêt. En effet, Oppo, XiaoMi, Oneplus ou wiko fabriquent aussi d’excellents modèles de téléphones pour moins chers. Pourquoi cet acharnement sur Huawei? On a si peur de leurs antennes 5G? à moins que ce soit les concentrateurs? les routeurs?switches? clé wifi?

Sous l’ère Trump, les états-unis ont décidé de “ramener la Chine à l’âge de pierre”, et Biden ne fait que persister dans la même voie. La preuve est sur le site de l’ambassade des états-unis:

https://fr.usembassy.gov/fr/annonce-de-lextension-du-programme-clean-network-destine-a-proteger-les-atouts-des-etats-unis-par-michael-pompeo/

C’est le programme “clean network” qui consiste à interdire toute activité de la Chine sur 5 secteurs numériques identifiés:

Clean Carrier: FAI propre

Clean Store: Magasins d’applications propre

Clean Apps: applications mobiles propres

Clean Cloud: Service de nuage propre

Clean Cable: Liaison optique transcontinentale propre

Les noms des majors chinois de ces 5 secteurs du numérique sont clairement cités sur la page de l’ambassade américaine: Tencent, Alibaba, Huawei ou Baidu… rien n’échappe à la vigilance. Le nom de Huawei apparaît 2 fois sur la page. Quatre lignes, lui sont entièrement consacrées. Cela montre bien la priorité que les agences américaines s’accordent vis à vis de Huawei.

Si la Chine ne peut plus se développer sur ces 5 secteurs précédemment cités, que deviendra-t-elle?

Elle sera cantonnée à nouveau à son rôle de fabriquant de chaussures et de jouets à bas coût et à bas prix. Les intermédiaires pourront, à nouveau, vendre ses babioles à 1€ sorties d’usines, à 15€ une fois arrivées dans les rayons en Europe.

Mais pourquoi cette obsession sur Huawei? Et qu’est ce que cette histoire avec le “clean cable”: liaison transcontinentale propre?Les états-unis ont la capacité de pirater les liaisons transcontinentales du monde entier lorsque cela ne lui appartient pas. Et quand on sait que sur les 430 liaisons sous-marines mondiales, la plupart sont opérées par les acteurs américains, la NSA ne doit pas être débordée de boulot de ce coté-ci.

Mais il y a un endroit où les opérateurs US sont absents, voici l’image:

Et oui, c’est passé sous silence dans les médias Français, trop occupés par le pangolin. Chaque point est une connexion terrestre. Le départ étant le Pakistan qui a une liaison terrestre vers la Chine, le terminus est à Marseille, sur les jolies plages de Prado.

Ce câble entièrement financé par HKT reliera en 2021 la France au Pakistan.

Cette liaison optique Eurasienne fait actuellement 12000Km de long. En France, c’est Orange qui opère pour l’accueil de la liaison à Prado. Pour le reste, c’est 亨通 (HengTong) qui s’en occupe.

Cette liaison qui connecte quelques meilleurs ennemis de l’Amérique, s’appelle PEACE ( Pakistan & East Africa Connecting Europe). Et pour couronner le tout, le troisième plus gros actionnaire de HengTong est bien Huawei. Celui-ci est le fournisseur de tous les équipements nécessaires à la liaison PEACE.

Et parmi ces équipements, un seul est absolument critique: le hub à l’accueil de la fibre, lorsque celle-ci débarque sur le data center à la plage de Prado. Si on doit pirater une liaison inter-continentale, c’est là qu’il faut opérer.

Problème: ce HUB est propriété de Huawei. oups! C’est un peu plus délicat que si c’était un Cisco ( Américain ), en effet. Nous comprenons alors toute l’importance du paragraphe “clean cable” et cet acharnement sur Huawei.

L’illumination de la liaison est prévue fin 2021. Les temps d’accès et le débit entre l’Europe et la Chine seront grandement améliorés. Biden n’aura finalement pas réussi à impressionner l’Europe, un point pour la France.

Arts Martiaux Chinois Traditionnels:3 questions et leur réponse (1)

Question : Mais pourquoi traditionnel ? Y a t-il quelque chose de moderne ?
Réponse : Oui. En 1912, envahie de toute part depuis 100 ans, la Chine était découpée en morceaux, faible et pauvre. Le père de la Chine moderne Sun Yat-sen (SunZhongShan), a décidé de moderniser les arts martiaux chinois en introduisant les normes et règles occidentales. Les arts martiaux chinois deviennent alors une discipline sportive que tout chinois patriotique devait pratiquer. Cette volonté a été reprise par la Chine sous l’ère du président Mao. C’est dans les années 50 que sont nés les premières formes de box de WuShu moderne que l’on voit pratiquées partout dans le monde. Les aspects combatifs cèdent la place au trio :高难美(Haut, difficile, beau). Bref, il ne reste plus que le démonstratif. Les armes sont légères et brillantes, les gymnastes sont des sportifs de très haut niveau.

Question : Mais alors, c’est donc pour ça que les arts martiaux chinois ressemble à une danse ?
Réponse : Pire, la danse martiale était une forme de pratique martiale obligatoire durant la période de l’automne et printemps il y a 2600 ans. À Cette époque, les peuples des royaumes qui se partageaient le futur territoire de l’Empire du milieu étaient constamment en guerre. Pour maintenir la cohésion du peuple du royaume ; entretenir leur bonne santé à un haut degré de sportivité, la danse martiale était pratiquée. Cela permet aussi de se souvenir des techniques de guerre de base. Il est tout à fait intéressant de noter que le caractère 武 se prononce exactement de la même façon et avec le même ton que 舞 (danse) en chinois. Ainsi, lorsqu’on dit : 武剑,qui signifie manier l’épée, cela peut-être interprété comme 舞剑, qui signifie danser avec une épée. Tout dépend des circonstances, du contexte, et de l’individu (un lettré ou un général). C’est plein de subtilité.

Question : Bon ben, pas étonnant que des vidéos circulent sur youtube montrant des maîtres
d’arts martiaux chinois se faisant casser la gueule par les pratiquants de MMA.
Réponse : En Chine, les arts martiaux étaient et sont encore aujourd’hui un réservoir d’emploi comme un autre depuis 3000 ans. Et comme dans tous les métiers, il y a des gens sérieux et des charlatans. Nous vivons une époque où le paraître suffit à faire gagner de l’argent. Les arts martiaux chinois n’échappent à la règle.

Myanmar: A qui profite le crime?

C’est le genre de question que se pose souvent Hercule Poirot, et ce serait bien que tout le monde sache faire travailler ses petites cellules grises comme lui. Mais sachons aussi, que celui qui profite du crime, n’est pas forcément le criminel…

D’abord, plaçons nous dans le contexte. La Chine est un géant fragile. Le détroit de Malacca est un point vital où transitent la majeure partie de ses import/export. A tout moment, la US NAVY pourrait fermer le détroit, et étouffer 1 milliard et demi d’humains.

Que faire?

Solution 1: les nouvelles routes de la soie passant par XinJiang, la région des ouïghours.

Solution 2: contournement par le nord du détroit, par voie terrestre. Il s’agit d’emprunter une voie terrestre pour déboucher sur l’océan indien.

La solution 2 a été trouvée en Birmanie. La Chine a investi 5.5 Milliards d’euros dans diverses infrastructures, dont un pipeline reliant le port en eau profonde de Kyaukpyu en Birmanie à la ville KungMing en Chine.

La Birmanie est aussi un pays riche en ressources naturelles. Elle a presque tout: gaz, pétrole, terre rare, cuivre, or … Les chinois adorent y aller pour dénicher les pierres semi précieuses. Autant de ressources précieuses à la porte de la Chine suscite forcément l’intérêt de celle-ci.

Le premier Février 2021, les militaires ont fait un coup d’état. Pékin appelle à toutes parties à trouver une solution dans le calme. Est-ce sincère? Sur le web, des rumeurs courent et accusent la Chine de soutenir les militaires dans leur répression meurtrière des manifestants.

sur cette image, on raconte que des soldats chinois sont à Rangoun. “trop blancs pour être birmans”, peut on lire dans les commentaires en birman. Mais pourquoi envoyer des soldats chinois pour se servir des équipements birmans, alors que la Chine possède des équipements bien meilleurs?

Voici un démenti de l’association des commerçants chinois en Birmanie, contre les rumeurs de fournitures de matériels militaires chinois aux putschistes. Il s’agit en réalité de fruit de mer importés depuis la Chine.

Sur cette image, il est écrit que des faux billets de banques en monnaie birmane sont arrivés de Chine pour payer les militaires.

Ces fakes news à dormir debout ont eu pour conséquence, des attaques de ressortissants chinois, et un fort ressentiment anti chinois dans le pays.

D’où viennent ces fakes news? Une enquête de global times a montré que certains éléments Hongkongais en fuite seraient derrière tout ça. voici l’un d’entre eux : LuoGuanCong.

Mais ils ne sont pas seuls. Il existe une alliance nommée: “l’alliance des thés au lait” : 奶茶联盟 dans le secteur.

Pourquoi ce nom étrange? Cette alliance comprend des thaïlandais, taïwanais et hongkongais, tous connus pour consommer du thé au lait, chacun sa recette. LuoGuanCong appelle les manifestants birmans à rejoindre l’alliance des “thés au lait” pour la démocratie.

Et il est loin d’être le seul hongkongais impliqué dans les affaires birmanes.

Leader militaire birman avec le milliard hongkongais Jimmy Lai, actuellement en prison

Selon le site dimsumdaily.hk:

https://www.dimsumdaily.hk/jimmy-lai-offered-burmese-army-general-who-overthrew-the-elected-govt-an-expensive-watch-for-investment-opportunities-in-2013/

Le milliardaire hongkongais Jimmy Lai, actuellement en prison, serait soupçonné de corruption active au Myanmar notamment envers le leader de la junte militaire Min Aung Hlaing, pour y avoir des facilités d’affaires.

L’affaire est loin d’être aussi simple qu’une contestation de vote.

Je vais donc essayer de ne pas juger le bien fondé de leur action ni celles de la Chine. Je vais simplement placer les choses dans le contexte:

La Chine joue sa survie en Birmanie comme dans la région de XinJiang. Myanmar représente un intérêt vital et stratégique non seulement à cause de ses ressources, mais surtout parce qu’il est à la porte de la Chine. Et elle ne peut tolérer la présence de troubles à sa porte. Le coup d’état n’arrange vraiment pas ses petites affaires dans le sud-est asiatique. Même le NewYork Times l’a admis dans son analyse publiée le 5 Février.

Analyse par NewYork Times de la situation au Myanmar et son impact pour la Chine

https://www.nytimes.com/2021/02/05/world/asia/myanmar-coup-china-united-states.html

Prendre partie pour l’un ou l’autre, maintenant, conduira la Chine dans un échec stratégique dans cette partie de l’Asie. Et elle ne peut simplement pas se permettre de perdre son accès à l’océan indien.

Donc, je repose la question : à qui profite le crime?réponse: Beaucoup de monde, sauf la Chine.