Archive: 17 mai 2022

Répétition en Ukraine, pratique à Taïwan

Taïwan, la nouvelle poudrière prête à exploser.

https://www.reuters.com/world/china-slams-us-changing-taiwan-wording-state-department-website-2022-05-10/

Mais d’abord un petit résumé de l’actualité.

Plus de 2 mois après le début de l’invasion Russe en Ukraine, nous pouvons désormais tirer quelques conclusions des tactiques des 2 camps.

Coté Russe, la tactique du début fut un désastre. L’armée russe était surprise par les forces ukrainiennes entraînées, armées, renseignées et réformées depuis des années par l’OTAN. A cela s’ajoute l’hécatombe des hauts gradés, probablement du à des fuites au sein des services russes, la Russie n’a pas pu accomplir tous ses objectifs initiaux.

A leur décharge, la règle d’engagement du début était de préserver au maximum les populations russophones pour la plupart, les soldats marchaient sur le œufs. Ce qui a causé beaucoup de pertes.

L’OTAN a éprouvé sur le terrain une tactique qui fait mal. La guerre par procuration. Brûler du cache pour faire couler le sang de quelqu’un d’autre est un business rentable. Cela permet d’écouler le stock d’armement afin de le renouveler plus facilement. L’armement de l’OTAN et surtout les renseignements constituent un atout majeur. La pluie de missiles russes au début des opérations n’a pas servi à grand chose, le renseignement OTAN avait déjà dissimulé une partie des forces aériennes. Ce qui fait qu’aujourd’hui, la Russie n’a toujours pas le contrôle total des airs.

L’OTAN a atteint son objectif. Celui qui consiste à tester sa tactique grandeur nature. Une tactique qu’il emploie avec Taïwan depuis des décennies.

Taïwan reçoit du matériel et formation militaire américains depuis très long temps. Le personnel est déjà familier avec le matériel US, y compris les chasseurs.

La doctrine chinoise était la saturation de la défense de l’Île par des milliers de missiles, afin de neutraliser les capacités de défense aériennes. Puis, prendre l’île rapidement avec un débarquement massif protégé par l’aviation, avant que les porte-avions de la NAVI se pointent à l’horizon. Tout est dans la vitesse de l’exécution.

Mais l’échec du blitzkrieg russe en Ukraine pose un gros problème aux chinois. La tactique chinoise ne fonctionnera pas.

Un témoin français, ancien militaire, atteste la pratique des unités Azov, qui cachent les matériels militaires dans les édifices civils. Ce qui pose problème aux russes, et ce sera encore pire pour la Chine.

En effet, si russes et ukrainiens sont liés par leur culture, il n’y a pas plus ressemblant à un chinois qu’un taïwanais. Aller infliger une opération meurtrière à Taïwan est purement suicidaire pour la Chine. Ce sera comme diriger un éléphant dans une boutique de porcelaine.

Il est aussi intéressant de constater le changement de doctrine militaire taïwanaise dès 2020.

L’exercice militaire taïwanais de cette année met l’accent sur la préservation des forces vives après une première vague d’attaque massive de “l’ennemi”. Et les taïwanais ne manquent vraiment pas d’imagination pour dissimuler les chars et BMPT parmi les édifices civils.

Distinguer le vrai du faux par satellite ce genre de déguisement est très compliqué.

Cela signifie que la pluie de missiles chinois ne permettra pas la neutralisation des forces vives “ennemies”. Ce que les chinois prenaient pour de la rigolade lorsqu’ils ont vu ces techniques de dissimulation en 2020, sonne comme un avertissement sévère au vu des résultats sur le terrain ukrainien.

La Chine ne pourra jamais se permettre la stratégie de la terre brûlée à Taïwan, comme l’a fait l’OTAN en Serbie en 1998. Si l’armée chinoise ne peut pas mettre à terre la défense de l’île en 48 heures, elle devra faire face aux porte-avion de la US NAVI. Et là, ça va se compliquer.

Si l’OTAN veut rentabiliser le résultat de ses “tests” en Ukraine, il lui faudra agir vite avant que la Chine trouve de nouvelles tactiques.

Et bien sur, les États-Unis n’ont pas attendu.

Après la visite des 6 sénateurs à Taïwan au mois d’Avril, une petite modification subtile du site web du département d’état américain constitue un premier pas vers une probable escalade de tension Sino-américaine.

La phrase où les États-Unis reconnaissent Taïwan comme partie intégrante de la République Populaire de Chine a disparu. Un équilibre fragile, un statu-quo depuis 1979 vient d’être rompu de façon unilatérale.

Biden n’a pas non plus renoncé à faire entrer Taïwan dans les institutions comme l’OMS.

https://taiwaninfo.nat.gov.tw/news.php?unit=183&post=218938&unitname=Photo-du-jour&postname=Soutien-des-Etats-Unis-%C3%A0-la-participation-de-Taiwan-%C3%A0-l%E2%80%99OMS

La visite de Biden en Corée du sud et au Japon est pour envoyer un signal fort à Pékin. Les États-Unis ont désormais un plan.

Une guerre asymétrique qui permettra de traîner une puissance militaire supérieure dans un bourbier meurtrier, avec l’aide de l’OTAN et des pays voisins de la Chine.

Ce sera, probablement, sans les Philippines. Le retour de la puissante famille Marcos aux commandes du pays se fait dans la continuité de la politique de Duterte.

Marcos Jr, fils du président du même nom qui avait régné aux Philippines pendant 21 ans, a fait toute sa scolarité en Occident et souhaite régler les différents avec la Chine au tour d’une table de négociation. Ce qui n’est pas du goût des États-Unis. A peine élu, le nouveau président est déjà dénigré par les médias mainstream:

https://edition.cnn.com/2022/05/11/asia/marcos-philippines-president-explainer-intl-hnk/index.html

En conclusion, la situation en Asie est devenue très complexe. La guerre en Ukraine est comme une répétition pour l’OTAN qui a peaufiné sa tactique militaire afin de préparer une confrontation contre une Chine ne peut plus bénéficier d’un soutient total et efficace de la Russie. Les semaines et les mois à venir seront riches en événements d’importance capitale dans la zone indo-pacifique.

Ukraine: and the winners are…

-Nous avons réussi, Conrad, nous avons réussi !

-Alors, je m’étais trompé, nous gagnons la guerre?

-Non

-Comment, nous avons perdu?

-Non

-Je ne vous suis pas bien, si nous n’avons ni gagné ni perdu mon colonel, qu’est ce qui va se passer ?

-La meilleure chose qui puisse nous arriver, la guerre va continuer !

-Pendant combien de temps?

-Indéfiniment !

( voir la fin de l’article )

Nous sommes quelques semaines après le début de l’invasion Russe en Ukraine, les informations en Occident sont, pour ainsi dire, verrouillées et filtrées. Elles arrivent au compte goûte depuis les médias étrangers. Il m’est difficile de citer mes sources car la plupart sont des analyses relayées des médias Israéliens, chinois voire, Vénézuéliens… Je m’efforce d’exposer des informations que je juge personnellement et subjectivement pertinentes. Les imprécisions et erreurs sont inévitables et j’en suis le premier navré.

Nous savons désormais qu’au début des “opérations spéciales”, la Russie a perdu beaucoup d’hommes et de matériels. Les médias occidentaux s’empressent de glorifier les combattants Ukrainiens face aux envahisseurs. Mais au fils du temps, les chiffres se confirment. La Russie aurait mobilisé moins de 13% des soldats, 10% de sa chasse et 4% de son artillerie, tandis que l’Ukraine en est à la mobilisation générale et demandait aux civiles de fournir à l’armée tous les drones, y compris des jouets, en tout cas au début du conflit.

La règle d’engagement russe, du moins au début des opérations, était d’épargner les civils ( russophones pour la plupart ) et l’infrastructure. La Russie n’avait strictement aucun intérêt à se fâcher avec la population russophone ou russophile pour une bonne partie. Le rapport de force était défavorable pour les russes qui étaient en infériorité numérique alors qu’un combat urbain exige, de nos jours, une supériorité numérique en faveur des assaillants d’au moins 3 contre 1, voire 5 contre 1 quand la configuration est compliquée. A ce sujet, les israéliens en savent quelque chose…

A cela s’ajoute, l’hécatombe des hauts gradés russes sur les lignes de front. Mais pourquoi y t-il autant de hauts gradés sur le front? Problèmes de communication avec les troupes? manque de prise d’initiative des sous-officiers? Certaines sources chinoises parlent également de fuite et d’intoxication dont sont victimes les renseignement russes. Poutine serait en train de passer un grand coup de balais au sein de ses services. Ces mêmes sources lancent le débat sur ce genre de menace en cas d’opérations militaires sur Taïwan.

Vainqueur Numéro 1

Plus d’un mois après le début de l’invasion, je suis maintenant en mesure de montrer ceci:

Nous voyons qu’au fur et à mesure que les tensions montent depuis 2021 en Ukraine, les actions des groupes d’armement ou équipementiers militaires grimpent. 48 heures après le début des opérations russes, c’est le mur!

Lockheed Martin bénéficie d’un grand coup de “buzz”, avec ses javelin, la lance missile anti-char portatif. Une petite visite s’impose dans les usines de Lockheed Martin, sur la chaîne de montage de ces missiles.

Lockheed Martin cherche des employés qualifiés pour renforcer sa production de missiles portatifs anti-char. Si jamais vous cherchez un job bien payé ( good-paying ) où l’on peut exercer son anglais …

https://www.wsj.com/articles/lockheed-hunts-for-workers-as-u-s-ramps-up-javelin-production-for-ukraine-11651587400

Il n’y a rien de mieux qu’une bonne guerre pour créer des emplois. Hitler le savait, Biden aussi.

Si nous n’avons pas de détails concernant les équipements français en Ukraine, je suis à peu près sur qu’il n’y a pas de Rafale à Kiev. Qu’est que Dassault aviation a fourni à Kiev pour que ses actions grimpent aussi fort? mystère. bénéfice collatéral?

Et ceci montre une chose encore plus surprenante, la montée brutale du groupe d’armement allemand Heckler & Koch 48 heures après le début de l’invasion. Alors que sur le théâtre ukrainien, un fusil allemand aura du mal à trouver une balle 5.56mm. Ce sont des pays comme la Finlande et l’Espagne qui fournissent les bonnes munitions à Kiev. Sur ce graphe, même si les investisseurs ont du se rendre compte du problème technique et infligent une descente raide à H&K, ses cours continuent à maintenir une tendance haussière au coté de Dassault Aviation.

Paul Krugman a trouvé la bonne formule dans une tribune sur NewYork Times: les états-unis doivent être l’arsenal de la démocratie à nouveau.

Des combattants du bataillon Azov reçoivent les instructions sur l’usage d’un Javelin de Lookheed Martin https://www.nytimes.com/2022/04/28/opinion/russia-ukraine-biden-aid.html

Notre première conclusion est que le conglomérat mondial d’armement en sort largement vainqueur et gagnant du conflit. Et ils ont tout à fait intérêt à ce que le conflit se maintiennent à un haut niveau d’intensité.

Vainqueur Numéro 2

Ce vous voyez est un tournesol dont on récolte les graines. Le semis du tournesol se passe entre avril et fin juin. Les premières récoltes ont lieu fin août. Ce qui signifie que l’huile que les consommateurs stockent par bidon a été produite en 2021, des mois avant l’invasion russe. La pénurie de l’huile de tournesol ne peut être en aucun cas causée par le conflit ukrainien. Mais le mal est fait, la composition des aliments faisant appel à cette huile sera susceptible d’être changée sans préavis et sans information aux consommateurs. Seule la montée des prix des aliments, largement impactés, sera bien visible. L’industrie agroalimentaire joue gros.

Les cours des céréales repartent également à la hausse à cause des inquiétudes liées au coup de chaleur étouffante en Inde qui devait remplacer l’exportation de blé ukrainien. L’embargo sur le pétrole russe et la chute du cours du dollar font monter le prix du pétrole, ce qui participe à la montée des cours du blé.

Qui vont profiter de cela? Les producteurs de blé qui n’hésitent pas à stocker leur production dans les silos en attendant le meilleur moment.

Autant dire que dans l’alimentaire, tout le monde se frotte les mains.

Vainqueur Numéro 3

Je vous présente un article sur de juteux contrats de gaz de schiste américains. Il n’est pas nécessaire de s’y attarder. Mais soyons conscients que cela contribue fortement aux dérèglements climatiques déjà amorcés depuis des décennies.

https://www.rtbf.be/article/la-guerre-en-ukraine-une-aubaine-pour-les-producteurs-americains-de-gaz-de-schiste-10953952

Vainqueur Numéro 4

L’OTAN a été crée afin de contenir les ambitions des pays du pacte de Varsovie.

L’URSS a entraîné le pacte de Varsovie avec elle dans les abysse de l’histoire, mais pas l’OTAN.

Ce reliquat de la première guerre froide agit comme un reste de repas mal fini d’un soir trop arrosé: il est encombrant, mais ne sert à rien. Le jeter serait du gâchis et personne n’a envie de s’en occuper.

La première véritable sortie de l’OTAN a consisté à détruire un état Européen: la Yougoslavie. Une Europe qu’il était censé pourtant protéger.

En 78 jours, et 38000 missions aériennes, l’OTAN a déversé quelques 23000 munitions en tout genre qui ont contribué à ramener la Serbie à l’âge de pierre et à la destruction de l’ambassade de Chine à Belgrade. On y reviendra plus tard.

Après avoir chassé quelques pirates Somaliens armés de AK47 et de RPG dans les embarcations de fortune, on se demande à quoi d’autre l’OTAN pourrait bien servir. Il a bien campé en Afghanistan pendant 20 ans, mais a échoué à faire éclater la province chinoise XinJiang dans l’extrême ouest du pays. Il a du se replier en laissant l’Afghanistan dans un pire état qu’il a retrouvé 20 ans plutôt.

Autant dire que le bilan de l’OTAN depuis 1995 est plutôt maigre. Quand Macron le qualifie de mort cérébral, il savait de quoi il parle. Mais le conflit Ukrainien a réussi à le réanimer.

L’OTAN a retrouvé son meilleur ennemi d’antan, les russes. La retrouvaille fait beaucoup de bruit, de fumée et surtout de morts. L’invasion a bien été déclenchée par la Russie, mais l’OTAN n’a pas du tout envie d’en finir trop vite. Il y a beaucoup trop d’intérêt en jeu.

Vainqueur Numéro 5

En plus des intérêts énormes précédemment cités qui profitent massivement aux états-unis, Biden a également gagné un énorme morceau sur échiquier mondial: L’Europe.

https://www.lalibre.be/international/europe/2022/03/25/la-scene-galante-de-joe-biden-qui-aide-ursula-von-der-leyen-lors-du-sommet-de-lue-je-dois-bien-faire-valoir-mon-salaire-7CWURY2DJ5EUXEWKJP6KTVHC3A/

Mieux, c’est une Europe affaiblie, appauvrie et alignée qu’il a réussi à récolter. La situation ne vous rappelle rien?

Oui, on a déjà vu de pareilles situations juste après la seconde guerre mondiale. Les états-unis tout puissants étaient le protecteur providentiel de l’Europe de l’Ouest face à Moscou. Mais là, Biden a réussi mettre dans la poche pratiquement toute l’Europe jusqu’aux portes de la Russie.

Affaiblie par une économie en berne et une inflation galopante, déchirée par la guerre et des discours clivants, l’Europe vieillissante se réfugie de nouveau sous la “protection” états-unienne. Mais la “protection” du parrain a un prix, il faudra payer le pizzo.

Les états-unis ont gagné un outil qu’ils ont eu du mal à prendre sous Merkel. Le départ à la retraite de la chancelière a laissé le champs libre à Ursula Von der Leyen qui se comporte en chef d’état alors qu’elle n’est QUE la présidente de la Commission européenne. Rappelons-nous, l’Europe n’est pas un état …

Et cet outil, l’Europe, sera très précieux dans les mois à venir lorsque la guerre froide sera relancée de plus belle contre la Chine.

Vainqueur Numéro 6

Plus surprenant, la Russie semble atteindre plusieurs objectifs.

Il est claire qu’elle n’a pas été capable de faire tomber Kiev en moins de 10 jours, comme l’avait probablement prévu Kremlin. Armées, entraînées, renseignées et dirigées par des personnels de l’OTAN encore en service et à la retraite, les forces ukrainiennes ont résisté aux premiers assauts russes obligeant Kremlin à changer de tactique.

Ainsi, les russes auraient coincé un gros poisson au sous-sol de l’aciérie de Marioupol. Mais certains dires des sources chinoises sont à prendre avec des pincettes.

Ce qui est sur, c’est le fait que la Russie ait réussi à consolider la zone de tampon entre l’Est et l’Ouest Ukrainiens. Tactiquement, Moscou a atteint une bonne partie de son objectif initial sans aller puiser ses véritables ressources. Ce qui lui laisse une large marge de manœuvre pour le cas où, si d’aventure, l’OTAN tente quelques choses d’insensé. Mais c’est très peu probable car l’intérêt de l’OTAN est justement une guerre qui dure.

Mieux encore, la Russie réussit à contenir les sanctions économiques. Les conséquences sont directement subies par l’Europe: retour à l’envoyeur

On remarque sur ce graphe, la descente aux enfers de l’Euro face au Rouble. La hausse des taux de la FED fait mal à toutes les monnaies des pays encore sous la houlette du dollar. Même le Yuan chinois décroche. Depuis sa sortie du système SWIFT, le rouble est officiellement accroché à l’or physique et son internationalisation est assurée par la vente de matières premières telles que le pétrole, le blé ou les engrais dont la Russie est le premier fournisseur mondial.

Les clients des matières premières russes ne manquent pas, la Chine en est l’un des plus gros clients. La vente de gaz à la Chine a été conclue pour les 25 ans à venir, juste à l’ouverture des JO d’hiver de Pékin.

Mais il y a aussi l’Inde. L’autre bon client des matières premières et matériels militaires russes, qui a refusé aux injonctions de la secrétaire aux affaires étrangères britannique Liz Truss, de ne pas acheter le gaz et le pétrole russe.

L’Asie est un énorme marché pour la Russie. Mais là où le Kremlin obtient une victoire, est le décrochage de son économie du dollar américain. Ce décrochage se fait dans la douleur, mais les bénéfices viendront largement compenser les pertes des 2 ou 3 premières années. A l’image du cours de l’Euro face au Rouble, beaucoup de monnaie chutent, amenées par le Dollar au moment où le taux remonte après le tsunami de billet verts dans le monde…

Nous voyons l’apparition de 2 monnaies de confiance face au dollar américain, le Yuan Chinois et le Rouble, l’une pour sa puissance économique, l’autre pour son indépendance vis à vis du Dollar US. L’apparition de choix alternatifs dans l’économie mondialisée est un problème pour Biden. Il est temps de cesser la mondialisation pour la Maison Blanche.

Mais pourquoi j’ai évoqué le Venezuela au début de l’article?

Le Venezuela est un pays allié de la Russie en Amérique Latine. Il est fortement dépendant de la Russie. L’engrais est un bon exemple, vital pour l’agriculture vénézuélienne. Mais son économie est faible à cause des sanctions états-uniennes, et ne peut se permettre de sortir du SWIFT pour continuer à commercer avec la Russie librement. Au moment où les états-unis doivent assurer son approvisionnement en pétrole, ceux-ci se sont rapprochés du Venezuela, en envoyant une petite délégation à Caracas en toute discrétion. La visite a été officialisée plus tard.

Si le Venezuela gagnera quelques années de tranquillité grâce à son statut de fournisseur alternatif du pétrole aux USA, l’Europe ne pourra pas en profiter.

Et la Chine ?

Pour la Chine, d’énormes défis se dressent devant elle.

Biden a éprouvé une tactique sur le terrain. Il s’agit de celle pratiquée avec Taïwan depuis des décennies.

  1. Fournir d’importants matériels militaires
  2. Fournir des formations aux personnels
  3. Fournir des renseignements
  4. Pousser l’adversaire à la faute pour passer aux “pratiques”

Il ne manque plus que la dernière étape, et certains y songent déjà.

https://www.politico.eu/article/liz-truss-nato-taiwan-protect/

Toujours selon la secrétaire aux affaires étrangères britannique, l’OTAN doit étendre sa zone d’influence jusqu’en Indo-pacifique afin de

s’assurer que les démocraties comme Taïwan soient capables de se défendre elles-mêmes.

La stratégie de l’OTAN est clairement le remplacement de l’ONU à l’échelle mondiale. Personne n’est capable aujourd’hui de l’entraver dans ses manœuvres. On peut s’attendre à un regain de tension entre la Chine et les états-unis sur la question de Taïwan.

Beaucoup de gens vivent des guerres, mais 99% de la population la subissent. Les institutions sont délaissées au profit des organisations guerrières qui n’ont aucun mandat depuis des décennies.

Stopper cette folie de guerre devient un impératif. La planète attend d’être sauvée.

Et pour finir, pour les courageux qui ont lu jusqu’ici, voici un passage que j’apprécie du filme “La bataille des Ardennes” réalisé en 1965. Le meilleur dialogue du filme. Je vous laisse aprécier