Category: Philosophie

Les Valeurs du Confucianisme 3/3 : l’avenir du Confucianisme?

temple-1446871_1920

En 1988 ; lors de la conférence des prix Nobel ; qui réunissait à Paris pendant 4 jours plus de 70 personnes ayant reçu le prix Nobel, avait pour thème la réflexion face au 21e siècle.

Une des conclusions était que

si l’humanité doit survivre au 21e siècle, elle doit remonter 25 siècles pour s’inspirer de la sagesse de Confucius.

nobels confucius

Aujourd’hui, comment se comporter dans une société post-moderne où le consumérisme tout puissant fait des hommes des machines à consommer; où l’internet tout en nous connectant, nous déconnecte également des relations humaines; où l’individualisme font de nous des îlots au sein d’une masse de personnes indifférentes;  où les médias de masse sans scrupules manipulent notre liberté d’opinion?

Étudier la sagesse de Confucius c’est aussi:

  • Apprendre à rester Humain via le REN,
  • Devenir Libre via le ZHI,
  • S’opposer à l’Injustice via le YI
0024oqWTgy6OVjiQPXe84&690

Les Valeurs du Confucianisme 2/3 : Les cinq Vertus Confucéennes

5chang

Ci-dessus : les 5 vertus, de gauche vers la droite: Ren- (la vertu d’humanité, bienveillance sociale); Yi-義 (justice, probité, équité); Li-礼 (rites, convenance); Zhi- (sagesse, connaissance) ;  Xin- (sincérité, fiabilité).

Confucius peut être considéré comme un pionnier de l’humanisme à une époque où la vie humaine avait peu de valeur (par exemple, l’esclavage était courant dans de nombreux pays). Il souhaite sublimer la nature de l’Homme en remettant au cœur de la vie la morale et l’éthique.

Il place le Ren-仁, qu’on pourrait traduire par la vertu d’humanité, la bienveillance, la réciprocité, ou la compassion au centre de sa réflexion philosophique. Nous n’avons pas de terme équivalente dans la langue française avec la même porté et la même élasticité sémantique.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est content_1.jpg.

Avec le Ren on trouve le Li-礼; qu’on pourrait traduire par Rites, savoir-vivre, ou encore convenance ; c’est une expression concrète et codifiée du Ren. Le Ren s’exprime à travers le Li, et le Li est le support du Ren. Le Li confucéen n’est pas juste un ensemble de rites placés les uns à côté des autres ; il émane d’une idée directrice visant à l’harmonie social et relationnel par l’apprentissage.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est content_3.jpg.

Au Ren et au Li on ajoute :

Le Zhi-智 qui peut se traduire par Sagesse ou discernement. Cette vertu permet de développer la qualité d’analyse et de compréhension de l’ordre naturel des évènements. Celui qui est sage prend les bonnes décisions en accord avec les standards moraux Confucéens.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est content_4.jpg.

Mais aussi le Yi-義 qui se rapproche de la Justice ou encore de la probité. Cette valeur s’exprime dans un comportement approprié selon le contexte. Le Yi est le fait d’agir avec noblesse et conformément selon nos valeurs morales et avec abnégation. Ce principe est en partie lié au Li, ce dernier permettant d’apprendre le Yi et de l’intégrer à notre personnalité.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est content_2.jpg.

Enfin, le Xin-信, souvent associé à la Sincérité, peut être perçu comme l’unification de la parole avec les actes. Autrement dit, faire ce que l’on a promis et être fiable dans ses relations avec les autres. Celui qui pratique le Xin est digne de confiance.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est content_5.jpg.

Suite : Quel avenir pour le Confucianisme ?

Les Valeurs du Confucianisme 1/3

« Quand vous rencontrez un homme sage, pensez à l’égaler en vertu. Quand vous voyez un homme dépourvu de sagesse, examinez vos propres manquements. »

– Entretiens de Confucius, 4:17

Le système moral Confucéen

Le confucianisme est une sagesse et philosophie de l’antiquité chinoise qui tire son nom du fondateur : Confucius ; dérivé latinisé du chinois Kong Fuzi, qui signifie Maître Kong.

L’enseignement délivré par le Maître est très étendu mais que l’on peut regrouper en trois grands domaines qui sont :

  1. le perfectionnement du soi (aspect spirituel et éthique)
  2. les rapports entre les humains pour atteindre l’harmonie (aspect social)
  3. la bonne gouvernance (aspect politique)
Confucius_1389

Ces trois domaines représentent des niveaux qui doivent atteindre un idéal : l’harmonie et la paix. Cette harmonisation se fait avec soi-même (premier domaine), entre les individus d’une société (deuxième domaine) et entre le gouvernement et le peuple (troisième domaine).

Le perfectionnement de soi (1.) permet de forger des hommes de qualités, qui vont influencer les gens autour d’eux, et permettent de développer une harmonie sociale. Cela débute par la concordance à l’intérieur de la famille entre père et fils, mari et femme, frère et sœurs.

Au niveau social (2.) les valeurs Confucéennes permettent d’interagir avec respect mutuel et de faciliter la communication ainsi que la coopération entre individus.

Résultat de recherche d'images pour "礼节"

Au niveau du gouvernement (3.) enfin, le prince vertueux, qui, conseillé par des sages agit pour le bien-être général du peuple.

Pour réussir à atteindre l’idéal Confucéen d’harmonie et de paix, chaque individu doit être conscient de ses responsabilités envers les autres. Pour cela, chacun doit cultiver les vertus Confucéennes.

Résultat de recherche d'images pour "仁义礼智"

Une première définition des vertus Confucéennes a été proposée par Mencius, un des grands héritiers de Confucius. Puis, elles ont été définies au nombre de Cinq dans leurs formes définitives par Dong Zhongshu, un sage Confucéen de la période des Han (-174 av. JC – -109 av. JC).

suite : les cinq Vertus Confucéennes

Le Contexte Historique du Confucianisme

L’histoire de la Chine fut longue de 5000 ans, autour de 2700-2600 avant JC, deux Chefs de tribu s’opposent pour le leadership de la Terre du Milieu de la Chine, l’un est Xuan-Yuan, appelé plus tard Huangdi 黄帝, soit l’empereur Jaune, et l’autre est Yandi 炎帝, L’empereur des Flammes.

Huangdi 黄帝, l’empereur Jaune, et Yandi 炎帝, L’empereur des Flammes

Sous la menace des Neuf tribus LI 九黎 emmenées par un chef charismatique Chiyou 蚩尤 ; les deux clans rivaux unirent leurs forces. Ils battirent Chiyou à la grande bataille de Zhulu涿鹿.  Des suites de cette bataille et de l’union des deux clans naîtra le peuple YanHuang 炎黄 qui deviendra plus tard le peuple chinois.

Après le règne des empereurs mythiques tels que Yao尧, Shun舜, Yu禹. La 1ere Dynastie, celle des Xia fut fondée au 21e siècle avant JC, elle durera 500 ans.

La 2e dynastie est celle des Shan-Yin, cette dernière a la Faveur du Ciel 天命 pendant près de 600 ans, avant d’être remplacée par les Zhou au 11e siècle avant JC.

Dynastie Zhou de l’Ouest -1046 à -771 

Jifa ; le premier roi des Zhou mourut 3 ans après la conquête,  laissant un fils en bas âge. Le pays est en proie aux troubles, c’est alors que ZhouGong 周公, le patriarche des Zhou ; frère cadet du roi décédé, Régent du royaume, intervient pour pacifier le pays, éduquer le peuple, et mettre en place un système de Rites et de musique 礼乐.

周公 ZHOUGONG

En 3 ans, la paix fut rétablie, après 7 ans de régence ; ZhouGong retourna dans son fief , la principauté de Lu, et rendit le pouvoir à son neveu.

Le nouveau Roi Chenwang 周成王 régna environ 40 ans, il continue la politique de son père et de son oncle, par l’investiture de seigneur féodaux aux quatre coins du royaume, ainsi 71 principautés furent créées, parmi lesquelles LU, QI, SONG, WEI, CHU, CAI, JIN et bien d’autres.

Des siècles passèrent, en -771 sous la règne d’un roi stupide, la capitale fut prise et incendiée par des barbares. Le prince héritier dût déplacer la capitale à l’Est, c’est le début de la période dite des Zhou de l’Est.

Dynastie Zhou de l’Est ou Zhou Oriental  (-771 à -256) 

Le nouveau roi régna pendant 50 ans, mais ni lui ni sa descendance n’arrivèrent à redresser la Maison Royale. Le domaine royal, le pouvoir militaire, ainsi que le pouvoir politique du Roi vont en diminuant.

A la fin, les différentes principautés vont se comporter comme des états indépendants, le Roi de Zhou ne conservant plus qu’un titre symbolique.

guerre
Guerres féodales aux “Printemps et Automnes”

En absence d’un pouvoir central fort, les princes féodaux vont se donner à cœur joie pour se guerroyer les uns contre les autres, pour accaparer des territoires, pour augmenter leur influence, pour des querelles futiles.

Cette période dite des Printemps et Automnes 春秋 est dû au nom du Annales historiques des Printemps et Automnes couvrant la période -771 à – 481; compilées par Confucius et ses élèves quelques années avant sa mort.

Chine plan 5s av JC
La Chine au 5e siècle avant JC

En tant qu’intellectuel de son temps, face au morcellement du royaume et aux conflits incessants entre les divers princes, en prenant l’exemple sur ZhouGong, le patriarche qui a sauvé la monarchie des premiers Zhou, en s’inspirant de la sagesse des rois mythiques, en tenant compte des besoins de la population, à travers les réflexions menées durant ses années d’exil; Confucius va inventer une nouvelle philosophie politique, un nouveau rapport social, une nouvelle vision du l’humain. C’est le début de l’humanisme chinois, le Confucianisme.

Le Zen, le Chan

Le Bouddhisme Zen, Chan en chinois, est pour moi la parfaite synthèse de ce que le Bouddha a enseigné il y a bien longtemps. Dans le Chan il n’ y a pas de fioritures. Pas de moulin à prières, pas de superstition. Rien que l’Homme, en posture du lotus, son Zafu et lui même. Ecouter son corps, ses sensations. Affronter la douleur, son inconfort mais l’accepter. Etre parfaitement dans le moment présent. Le Zen c’est là. Ici. Maintenant. Le Zen c’est aussi la présence attentive. L’attention au moment. Apprécier l’eau délicieuse qui vous lave, sentir l’eau qui glisse sur votre peau, c’est apprendre à apprécier la nourriture que l’on mange, déguster chaque bouchée. Etre en osmose avec le cosmos. Car nous sommes, aussi le cosmos. Sentir le vent, sentir la pluie, aimer tout cela. Le Zen c’est aussi penser à la mort. Méditer sur elle. Car elle peut survenir à chaque moment , à chaque seconde. Méditer sur l’impermanence des choses et notre propre vanité à vouloir exister encore et toujours.