Archive: 26 juillet 2022

Chine-USA: Guerre technologique et ses drames

Depuis quelques temps, une nouvelle circule dans le petit milieu de l’IT. On pense détenir la preuve que le fondeur chinois SMIC ( Semiconductor Manufacturing International Corp) aurait la maîtrise de la gravure de puce à 7 nm (nanomètre).

7 nanomètres, soit 7 milliardième de mètre, ce qui signifie qu’on est dans le domaine nanométrique. Ce constat sonne comme une réponse de normand à ceux qui me posent la question sur ce qu’est le domaine nanométrique.

Petit rappel technique

Pour descendre à l’échelle d’un nanomètre, il faudra diviser un mètre par un facteur de 1000, 3 fois de suite.

Dans un corps humain, une globule rouge mesure à peu près 7 micromètres. divisez cette globule rouge 1000 fois, et vous obtenez enfin quelque choses qui fait 2 nanomètres, soit, la distance qui séparer 2 brins de la chaîne d’ADN.

Nous voilà dans le monde nanométrique. 1 nanomètre, c’est la longueur de 10 atomes alignés. Ce n’est pas encore le domaine quantique, mais on est sur le début du chemin pour y aller !

Mais c’est quoi “une puce gravée à 7nm”?

un wafer sous cloche

7nm, c’est la largeur de la “grille” d’un transistor MOS. Mais plus concrètement, cela permet de graver par lithographie 8.5 Milliards de transistors dans le microprocesseur de l’Iphone 11 par exemple, à condition qu’on descende à 5nm.

Tous les pays ne maîtrisent pas la gravure de microprocesseur. Les entreprises à la pointe de gravure, les fondeurs, sont AMD, Intel, Samsung et le Taïwanais TSMC.

Mais savoir concevoir et graver une plaque wafer à 7nm n’est pas tout, encore faut-il avoir un graveur. L’un des seuls fabricants de graveur au monde est le néerlandais ASML.

Posséder un graveur photolithographique ASML aujourd’hui, est comme posséder une centrifugeuse afin d’enrichir de la matière fissible dans les années 50. Autant dire que c’est hautement sensible dans un monde où la dépendance des microprocesseur est omniprésente.

L’administration Trump a lancé les hostilités en 2018 sur ce point douloureux de la Chine en interdisant toute exportation de microprocesseur ainsi que les ventes de graveurs photolithographique ASML EUV ( Graveur lithographique à Ultra violet ) vers l’empire du milieu.

ASML n’a pas eu d’autres choix que se plier aux injonctions de Washington. Depuis 2018, ASML ne peut plus vendre de graveurs EUV permettant de graver les puces à 7nm et 5nm à Pékin.

Les entreprises de la tech chinoise reçoivent un coup de massue. La gravure de puce à 24nm est maîtrisée en Chine, mais les puces gravées à cette finesse sont principalement utilisées dans les téléviseurs ou les boîtiers de télécom grand public.

La génération suivante de puce à 14nm, déjà maîtrisée par les géants du secteurs dès 2011, était encore aux balbutiements en 2018 au moment où Trump attaque le secteur du semi conducteur chinois.

Meurtres bizarres et suicides étranges

C’est en ce moment là que les différents fondeurs chinois ont compris la nécessité de la des-américanisation. Mais comment faire pour rattraper presque 20 ans de retard sous embargo technologique?

Il faut de la matière grise.

Je ne vais pas m’attarder sur l’étrange meurtre du spécialiste du coronavirus américain d’origine chinoise Liu Bing à l’université de Pittsburgh. Son cas est assez étrange et n’a pas vraiment de rapport évident avec le semi-conducteur. Mais cela nous montre combien les scientifiques peuvent être perçus comme une menace, et seront amenés à être physiquement liquidés.

L’un des exemples le plus parlant est l’étrange suicide de 张首晟 ( Zhang ShouCheng – 15 Février 1963 – 1 Décembre 2018 ).

Le docteur Zhang était un physicien chinois, ayant fait une partie de ses études et de ses recherches aux USA. Il était consciencieux dans son travail et très assidu. Grand amateur de sport, ses entraînements étaient quotidiens. Il disait à ses élèves qu’il ne faut surtout pas négliger la santé au détriment des recherches.

C’est en 2018 qu’il a été contacté par HuaWei, afin de faire avancer les technologies de la 5G en Chine. Très content, il avait déjà préparé ses valises et avait même envoyé des fleurs à sa femme la veille pour lui souhaiter bon anniversaire.

Le premier décembre 2018, le jour où la directrice financière de HuaWei, Meng WanZhou a été arrêtée à l’aéroport de Vancouver, Dr. Zhang s’est jeté du haut d’un immeuble.

La police a conclu l’enquête par un suicide attribué à la dépression. Vrai ou faux? Je ne sais pas. Les requêtes de la famille pour avoir accès à son dossier médical ont été rejetées par respect du secret médical.

Il y a cet autre cas de suicide étrange: le cas RenWei ( 任伟 – 1982 – 2 Nomvembre 2008 )

RenWei était surdoué. Il était un brillant mathématicien et spécialiste de la géométrie.

Très tôt, il avait compris l’énorme champs d’application issu de l’association de ses 2 disciplines: la conception de microprocesseur.

Mais il n’aura pas l’occasion de faire profiter de son talent à qui que ce soit: On l’a retrouvé mort dans le campus d’université de Chicago. Il se serait jeté d’un échafaudage du campus, à coté d’une chapelle.

Si la théorie de la dépression est souvent avancée pour la mort de Zhang, celle de Ren, un bon vivant qui publiait souvent ses photos de fêtes sur son mur Facebook, reste inexpliquée à jour. Après la mort de ces brillants scientifiques, plus les attaques de Trump, on pensait que la Chine ne s’en relèverait pas.

Qu’en est-il en 2022?

Mais voilà ce qui a mis le feu à la poudre

https://www.techinsights.com/blog/disruptive-technology-7nm-smic-minerva-bitcoin-miner

Cet article de techinsight parle d’une “probable” maîtrise de photolithographie à la finesse de 7nm par SMIC.

N’ayant pas accès à l’article, j’ai abandonné mes recherches.

C’est alors que plusieurs analystes chinois dans le milieu de l’IT et de la géopolitique parlent de cette affaire. Cela devient sérieux.

Comment le fondeur chinois SMIC a t-elle réussi une rupture technologique, de 24nm à 7nm en sautant l’étape du 14nm et en si peu de temps?

D’après clubic, elle se serait “inspirée” du Taïwanais TSMC.

https://www.clubic.com/tsmc/actualite-431172-le-chinois-smic-produit-des-puces-7-nm-visiblement-inspirees-du-procede-de-tsmc.html

En effet, les spécialistes de techinsight ont eu recours à la rétro-ingénierie pour “éclairer” le Wafer produit par SMIC. Le résultat est sans appel, la finesse de gravure est bien de 7nm et la structure de wafer ressemble à celle produite par TSMC.

Bien sur, clubic s’est bien gardé d’employer le mot “copie”. En effet, il est actuellement impossible de réaliser une copie d’une structure tridimensionnelle composée d’éléments aussi larges que 10 atomes alignées. Le mot “inspirer” serait plus juste.

Il faut bien réaliser qu’entre voir la structure sous microscope électronique et en sortir un produit industriel, il y a un univers. Et c’est pour cela que la structure de wafer de SMIC est plus simple que celle de Samsung ou de TSMC. Les structures tridimensionnelles sont invisibles par une simple inspection sous microscope électronique.

Cela dit, cette “inspiration” ( dévoilée au bon moment? ) arrive à point nommé, juste quelques jours après que Washington annonce vouloir faire interdire la vente de graveur DUV ( graveur de puce des 24 et 14 nm) à la Chine par ASML, après avoir interdit celle des EUV ( graveur de puce sous les 10nm ) en 2018.

Si la Chine ne maîtrise pas rapidement la lithographie à 24nm et 14nm ( maîtriser avec 100% de composants domiciles ) , ce sera le Titanic technologique chinois. La Chine ne saura plus fabriquer les gadgets électroniques à part les grille-pains et les aspirateurs. Même la fabrication d’une simple clé USB de 128Go peut poser problème !

Mais, ce qu’a découvert techinsight nous suggère que le saga des semi conducteurs est très loin d’avoir touché à sa fin. Espérons juste qu’il ne fera pas d’autres victimes.

Le maître stratège chinois SunZi ( VIᵉ siècle av l’ère commune ) disait:

不战而屈人之兵,善之善者也 – La victoire obtenue sans combattre reste la meilleure possible.

Et il y a un proverbe Togolais, qui nous vient tout droit de la sagesse Africaine:

Le bâton du berge ne tue pas les moutons

Les états-unis ont fini par se servir du bâton, je ne suis pas sur que ce soit très productif.

Les extrêmes droites au Japon

directeur d’école: Qu’est ce que la Chine nous envoie?

un enfant: La Chine? Bien qu’elle puisse nous envoyer des obus, nous défendrons le Japon!.

directeur d’école: Alors il faudra aider le premier ministre Abé!

enfants en chœur: HAiiii!!

Mme. Abé: Merci beaucoup! Je dirai tout cela au premier ministre de retour à la maison! Je lui transmettrai vos vœux de protection ( du Japon ).

directeur d’école: Dites à Mme. Abé, s’il vous plaît, protégez le Japon, on compte sur vous !

enfants en chœur: s’il vous plaît, protégez le Japon, on compte sur vous !

Officiellement, au Japon, il n’y pas de parti d’extrême droite. Et c’est plutôt un facteur aggravant du problème.

De même, parler de la droite Japonaise n’est pas vraiment adapté au contexte du pays. Le clivage droite-gauche occidental ne s’applique pas au Japon. Le terme “Guerre et Paix” serait plus approprié.

En effet, les nationalistes japonais tiennent souvent un discours guerrier et glorifient systématiquement le passé impérialiste du Japon. Tandis qu’à l’opposé de cette frange offensive, il existe une tendance politique de “gauche” qui prône le pacifisme.

Iccho Ito, ancien maire de Nagasaki, était l’un des pacifistes les plus connus. Il fut assassiné en 2007 par le yakuza en pleine campagne électorale, sous l’ère Abé. Officiellement, l’assassinat était motivé par une sombre affaire d’attribution de marché publique dans le secteur de l’immobilier. Mais disons que le yakusa ne brille pas non plus par son pacifisme.

En effet, en plus de ses activités mafieuses, le yakusa est également connu pour sa proximité avec le milieu ultra-nationaliste nippon. Cette spécificité est culturelle. Tel un samouraï fidèle à son seigneur, un membre du yakusa est prêt à mourir pour son pays.

Assassiner un homme politique pacifiste de gauche est une “tradition” dans le pays. Un autre homme politique connu en a payé de sa vie. ll s’agit du chef du parti socialiste Inejirō Asanuma (浅沼 稲次郎 Asanuma Inejirō). Il fut assassiné le 23 mars 1960 par un étudiant de la nébuleuse ultra-nationaliste: Otoya Yamaguchi.

Cette mouvance radicale comporte une bonne centaine de groupuscules toutes tailles confondues. Certaines d’entre elles comptent des dizaines de milliers de membres, d’autres n’en n’ont qu’une centaine à travers tout le pays. Mais elles représentent tout de même à peu près 100000 membres au total. Ces membres sont parmi les plus radicaux du milieu ultra-nationaliste, tous prêts à mourir pour la “cause”.

Et l’ère numérique nous amène aussi l’aille numérique des ultras. On les appelle: Netto uyoku

https://www.journaldujapon.com/2017/06/03/linquietant-phenomene-netto-uyoku-lextreme-droite-japonaise-sur-internet/

Mais alors en quoi la mouvance ultra-nationaliste japonaise est-elle dangereuse, en absence de parti politique représentatif?

Il existe un conférence, innocemment nommée 日本会議 ( Nippon Kaigi ), qu’on pourrait traduire par la conférence du Japon.

De loin, on pourrait croire qu’il s’agit d’une association de maîtres de thé. Mais il n’en est rien. Cette “conférence” regroupe l’élite des ultra-nationalistes de tous milieux: religieux et politiques de tout bord.

En plus du négationnisme notoire vis à vis du passé criminel de l’archipel dans la région indo-pacifique, le Nippon Kaigi vise également le rétablissement d’un régime impérial militariste et expansionniste. C’est comme si l’on voudrait rétablir le troisième Reich en Allemagne. Cette chose totalement inimaginable en Europe, est parfaitement tolérée au Japon. Pire, cette conférence lutte contre l’égalité des sexes, le féminisme, le droits des LGBT… A l’instar des Yakusa, ses membres ont un fort penchant pour le féodalisme et le racisme.

Le Nippon Kaigi compte parmi ses membres, d’anciens combattants de la marine impériale Japonaise de la seconde guerre mondiale ( de moins en moins, mais leurs descendants y figurent ) et d’éminentes personnalités du milieu Shinto, mais aussi des politiques de premier plan.

L’organisation compte de nombreuses branches dans les grandes villes et districts. La branche Tokyo Nakano, dirigée par Keiichiro Uchino (président d’un cabinet d’avocats), a organisé en novembre 2013 une fête en l’honneur du gouvernement de Shinzō Abe, au cours de laquelle le drapeau impérial ( au soleil levant avec les faisceaux, l’équivalent du drapeau nazi à croix gammée. ) fut levé, l’hymne Kimi ga yo chanté, et l’engagement de rompre avec le régime d’après-guerre renouvelé. L’hymne kimi ga yo est notamment connu pour ses louanges appuyés envers l’empereur et son long règne, tout le contraire d’une démocratie digne de ce nom.

Et c’est bien ce Nippon Kaigi qui est en réalité la force qui tapisse dans l’obscurité et qui exerce une forte influence sur le paysage politique nippon.

Aujourd’hui, quelques jours après l’assassinat de Shinzō Abe ( paix à son âme ), je vais éviter de parler de lui et de ses échecs tant sur le plan politique qu’économique. Je n’ai pas l’habitude de parler des morts juste après un évènement aussi tragique. Parlons alors de son épouse Madame Akie Abé ( 安倍 昭恵 ).

Mais avant, je lui présente toutes mes condoléances les plus sincères et mes vœux les meilleurs lors de la traversée de cette terrible épreuve, ainsi qu’à ses enfants.

Voici des extraits en vidéo d’une visite de Mme. Abé dans un groupe scolaire élémentaires privé ( 塚本幼儿园 ) dont elle était la présidente honorifique.

https://www.bilibili.com/video/BV12x411k74D?p=1&share_medium=android&share_plat=android&share_source=COPY&share_tag=s_i&timestamp=1629071634&unique_k=a2l0zW

Cet évènement qui s’est produit en 2014, a été également été rapporté par les médias chinois:

http://v.xiaodutv.com/watch/4824684047559086993.html?recFrom=site&list=3

Si votre japonais est un peu rouillé, vous avez la traduction d’un extrait de dialogue au début de cet article.

No comment …

Cette méthode d’endoctrinement a déjà fait ses preuves dans le passé. Durant les années 1900, les enfants dans les écoles élémentaires recevaient des pommes toutes petites et très acides au goût. Certaines d’entre elles étaient grosses, juteuses et sucrées. On leur expliquait alors que les grosses pommes sont issues de Mandchourie, en Chine. Aller la bas, et on aura une vie meilleure.

https://v.qq.com/x/cover/on9xzsxg8xjukvn/a0376p423r9.html

Voici une vidéo commentée en coréen, où l’on peut entendre les enfants chanter un chant militaire de la seconde guerre mondiale, l’équivalent du chant des Waffen SS.

Difficile d’imaginer que le chant des Waffen SS soit enseigné aujourd’hui en Allemagne, mais cela est bien possible au Japon.

La vidéo montre également une lettre de l’école adressée aux parents d’élève où l’on parle des coréens comme des individus détestables, arriérés, provocateurs et difficiles à se débarrasser telles des “crottes de poisson rouge”.

Mme. Abé a du démissionner de son poste de présidente honorifique, suite à l’éclatement d’une affaire de corruption liée à l’attribution immobilière à l’école.

Aujourd’hui, le groupe scolaire Tsukamoto a été fermé définitivement, mais les centaines de groupuscules qui œuvrent dans l’ombre, la conférence Nippon Kaigi qui pilote le paysage politique sont plus actives que jamais.

Sous l’impulsion de la nouvelle politique indo-chinoise des USA, le Japon participe activement aux différentes alliances dans le secteur afin de raviver son rêve impérial.

C’est une chose que ni la Chine, ni la Russie ne peuvent tolérer.

Mais ma question est: pourquoi les grandes victimes de l’impérialisme japonais comme la Corée et l’île de Taiwan participent également à ce jeu dangereux?

L’idéologie suffit-elle à tout justifier?

A méditer.