Huawei: un ( faux )espion peut en cacher un ( vrai )autre

Mai 31, 2021 Non classé

La guerre sous-marine, ne désigne pas seulement un conflit entre submersibles militaires. Depuis très long temps, c’est à dire pratiquement depuis le début de l’explosion de l’Interne au début des années 2000, le contrôle des câbles sous-marins où transitent les données de l’Internet est absolument crucial. Les USA l’ont bien compris et ne lâchent rien. Chaque requête, chaque octet émis et reçu ne doit leur échapper. La Chine l’a également bien compris. Comme à son habitude, elle a érigé un mur pour se protéger. Elle n’a que très peu de point d’interconnexion avec le reste du monde: 4 pour être précis ( Qingdao, Shanghai, Shantou et Hong-Kong ).

Mais la NSA fait tout pour avoir la main sur pratiquement tous les câbles sous-marins transcontinentaux, et notamment sur les poseurs de câbles. Une cellule spécialisée s’en occupe au sein de la NSA: la team-telecom.

Sur les révélations d’Edward Snowden, le Washington Post a révélé que les États-Unis ont tout fait pour maintenir un contrôle stratégique sur les firmes de câbles. Ils ont notamment fait échouer un projet de rachat de la société Global Crossing par une firme de Hong-Kong en 2003. La compagnie Singapore Technologies Telemedia, qui racheta finalement l’entreprise, dut accepter des règles très strictes pour garantir que les principaux postes restent occupés par des citoyens américains et que la NSA puisse avoir accès aux données transitant sur les câbles. ( sources: https://www.cairn.info/)

Mais il faut bien “vendre” cette manie à vouloir tout contrôler sur internet au grand public. La stratégie est simple, il s’agit de désigner un ennemi à a fois idéologique, économique, religieux et culturel. Des perles rares comme ça, ne courent pas la planète, je vous laisse chercher sur une carte mondiale.

En attendant, la NSA ne chôme pas.

https://www.01net.com/actualites/comment-la-nsa-s-est-servie-du-danemark-pour-espionner-la-france-et-d-autres-pays-europeens-2043511.html

Nous apprenons que les USA continuent, malgré les promesses d’Obama, à espionner ses “alliés”. D’après Snowden, Biden est évidemment au courant.

Biden is well-prepared to answer for this when he soon visits Europe since, of course, he was deeply involved in this scandal the first time around.

There should be an explicit requirement for full public disclosure not only from Denmark, but their senior partner as well. https://t.co/TJL7gr6dy8— Edward Snowden (@Snowden) May 30, 2021

https://www.01net.com/actualites/comment-la-nsa-s-est-servie-du-danemark-pour-espionner-la-france-et-d-autres-pays-europeens-2043511.html

Mais comment font les USA pour espionner? C’est très simple, il suffit de se connecter sur les équipements de HUB (arrivées des fibres sous-marines transcontinentales), pour collecter toutes les données transitées entre 2 plaques: données d’internet, mais aussi “la voix” qui comprend tous les coups de fils et SMS. Et oui, en effet, cela fait au moins 15 ans que les coups de téléphone sont numériques. Donc, un SMS ou une conversation téléphonique est traité de la même manière qu’un poste sur Instagrame ou votre déclaration d’impôt sur le revenu. C’est peut-être le moment de se mettre au radioamateur sur la bande de 144MHz?

Dans précédent billet

J’ai parlé du câble qui atterrit sur la plage de Prado en provenance du Pakistan: le PEACE. L’opérateur HengTong est majoritairement détenu par Huawei. Le HIC de ce câble est l’équipement Huawei, sans doute compliqué à raccorder sur le système d’écoute de la NSA. Nous comprenons maintenant la raison de la chasse aux sorcières Huawei par les USA.

Si les équipements du HUB sur l’île d’Amager étaient Huawei, la NSA n’aurait sans doute pas pu s’y connecter.

Alors finalement, le vrai espion c’est celui qui se cache derrière un faux …

Et comment tout cela va se terminer? Étant donné que toute l’Europe, et notamment la France, dépend très fortement des état-unis pour le renseignement, cela finira exactement de la même manière que la dernière fois, lorsque Snowden a révélé le projet PRISM au monde entier: pchiiittttt.