Sanctions: La ligne rouge est tracée

Juil 19, 2021 Géopolitique

Début Juin 2021, le président américain Biden a effectué une tournée en Europe. Il est salué comme le libérateur, l’homme de la providence, le messie.

L’Amérique puissante est de retour ! titre France culture. Son auteur, Marie-Pierre Vérot, ne pouvait rester insensible à l’aura dégagée par la “puissance” de cette photographie d’un vieil homme de 78 ans, qui essaie de descendre d’un avion, sans tomber sur les marches cette fois.

La visite de Biden a pour objectif de resserrer les rangs des alliés pour contrer la menace de l’Est. La réponse de Poutine est ferme. Biden n’a rien obtenu de la Russie durant le sommet avec la Russie et il devait s’y attendre.

Plus subtile, la Chine a également opposé un message en signe d’avertissement. Elle a décrété la dernière d’une série de lois:

la loi anti-sanction étrangère

http://www.npc.gov.cn/npc/c30834/202106/d4a714d5813c4ad2ac54a5f0f78a5270.shtml

La sortie de cette loi à effet immédiat ( selon l’article 16) date du 10 Juin 2021, en pleine tournée de Biden en Europe. Elle constitue la ligne rouge clairement tracée, et un message adressé aux “partenaires de l’Ouest”.

Cette loi est inédite à plusieurs titres.

D’abord, on observe que la Chine a vite appris de ses erreurs du passé. Depuis des milliers d’années, l’Empire chinois a toujours placé la diplomatie avant ses troupes. L’art de la diplomatie est une science “inexacte”. Il y a des sous-entendus et des flous artistiques que les diplomates entretiennent pour éviter le conflit. La Chine avait pour habitude d’employer ses diplomates pour répondre aux “attaques”. Mais cette stratégie montre ses limites en 2014, lorsqu’elle a perdu le procès à l’OMS, pour avoir limité l’exportation de terres rares pour des “raisons écologiques”. L’OMS estime que la décision chinoise quant à la limitation de l’export de terres rares est animée d’abord d’arrière pensée, et sans aucun fondement juridique. Elle a donc compris l’importance de la base juridique pour justifier ses actions, et tracer le “red line”. Le dogme a radicalement changé.

Vous connaissez la chanson:

you have the right to remain silent ...

En suite, la dénomination de la loi est aussi inédite. Elle est concise et explicite, facilement intelligible par tous les avocats du monde, et facilement traduisible dans toutes les langues. Il n’y pas de mal entendu et erreur de traduction possible, à l’image des lois et des agences à 3 lettres des état-unis. En effet, certaines des anciennes lois chinoises ont des noms à plus de 12 caractères chinois, ce qui donne quelque chose comme 24 ou 30 mots nécessaires, une fois correctement traduits en Français. Cette simplification n’est clairement pas encrée dans la doctrine chinoise traditionnelle, qui préfère les subtilités et les sophistications. Là encore, le dogme a changé. On va à l’essentiel, vite et avec efficacité. Il n’y aura pas de négociation en coulisse ou compromis politique. La diplomatie de la canonnière n’a qu’une portée limitée. La loi est la loi.

Il vaut mieux une bataille juridique qu’une partie de bataille navale en mer du sud.

Et enfin, un petit détail et on sait que le diable est dans le détail:

La Chine a désormais les moyens de s’opposer à une certaine forme de sanction d’une certaine ampleur. C’est particulièrement stressant pour ses adversaires. Il est certain que ceux-ci ne tarderont pas à “tester” la solidité de la ligne rouge tracer par la Chine.