serge delain

Accord nucléaire: La fusion est plus difficile que la fission

Aujourd’hui, j’ai enfin compris le sens du mot “cynisme” lorsque je suis tombé sur cette chose:

https://www.rfi.fr/fr/moyen-orient/20210402-nucl%C3%A9aire-iranien-les-%C3%A9tats-unis-rejoignent-les-pourparlers

avec un comique rare:

Les États-Unis participeront mardi prochain à Vienne à des pourparlers pour tenter de sauver l’accord sur le nucléaire iranien. Ces négociations, pour le moment indirectes, réuniront tous les signataires de l’accord – Iran, États-Unis, Chine, Russie, France, Royaume-Uni et Allemagne. Washington dit par ailleurs rester « ouvert » à des discussions « directes » avec l’Iran. 

https://www.rfi.fr/fr/moyen-orient/20210402-nucl%C3%A9aire-iranien-les-%C3%A9tats-unis-rejoignent-les-pourparlers
Le porte-parole de la diplomatie américaine, Ned Price. Photo AFP / POOL / Carolyn Kaster

Et oui, nous parlons bien de l’accord nucléaire avec l’Iran ( JCPoA ) , que Trump a atomisé en 2018.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Retrait_am%C3%A9ricain_de_l%27Accord_de_Vienne_sur_le_nucl%C3%A9aire_iranien

Quand vous aurez fini de rire ( sans vous étouffer ), vous pouvez continuer la lecture.

Des semaines et 6 lots de négociations sont déjà passés, et voici cette annonce, faite avec la méthode étasunienne.

https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1773481/syrie-frappes-americaines-iran

Il s’agit d’une attaque aérienne menée par l’aviation de l’armée américaine sur sol syrien, à la frontière avec l’Irak. Des combattants pro-Iraniens ont été tués lors de l’attaque.

TOPSHOT – Iraqi mourners attend the funeral of a fightrer of Hashed al-Shaabi paramilitary alliance following US air strikes on the Syrian-Iraqi border, on June 28, 2021 in the northern Nineveh province. Iraq’s Prime Minister Mustafa al-Kadhemi today condemned an overnight US air strike against Iran-backed armed groups which a monitor said killed at least seven fighters. The Pentagon said it had conducted retaliatory targeted air strikes against “facilities used by Iran-backed militia groups” on the Iraq-Syria border. / AFP / Zaid AL-OBEIDI

Le message envoyé par les USA n’est pas très optimiste et reflète toutes les difficultés rencontrées lors des négociations avec l’Iran.

Cette attaque montre que les USA et l’Iran sont très loin d’un accord. Elle doit servir de ‘rappel’ à Téhéran que les USA possèdent toujours la carte militaire à jouer. Ils ne tolèrent pas une telle présence des miliciens pro-iran dans la région. Elle doit également rassurer son allié du coin de longue date: l’Israël. Celui-ci ne doit pas se sentir trahi. Les USA doivent leur montrer qu’ils sont présents et qu’ils n’hésitent pas à intervenir.

Mais je vais vous demander de prêter attention à l’endroit où l’attaque a eu lieu: il est sur le sol syrien, à la frontière avec l’Irak. Cela démontre que les USA n’ont pas (encore) l’intention de pousser l’Iran à bout. Dans le cas contraire, l’attaque aurait eu lieu sur le sol Iranien ! Un espoir est toujours possible. Mais l’espoir pour qui?

analysons.

La position iranienne est claire: revenir dans l’accord à l’unique condition que les USA retirent toutes les sanctions entreprises suite à “l’atomisation” de 2018.

La position américaine est plus compliquée à tenir. Après avoir causé la fission de l’accord, la fusion n’est pas aussi simple à réaliser. D’abord, l’opinion américaine ne comprendra pas le retrait unilatéral des sanctions contre l’Iran. Cela sera perçu comme un aveu de d’échec et de faiblesse. Puis, à l’heure où les USA tentent de resserrer les rangs de ses partenaires pour contrer la “menace” chinoise, reculer devant l’Iran les rendraient tout simplement ridicules. Alors la position américaine est d’un jeu d’équilibriste:

Selon le porte-parole de la diplomatie américaine, Ned Price, Washington est prêt à examiner une levée des sanctions envers l’Iran, mais seulement celles liées à la question nucléaire. « Nous ne ferons certainement pas de gestes unilatéraux ou de concessions pour convaincre l’Iran », a prévenu Ned Price.

https://www.20minutes.fr/monde/3014819-20210406-nucleaire-etats-unis-font-petit-vers-iran

Les USA demandent donc aux iraniens de faire demi-tour, contre “une cacahuète”. Si non, l’aviation américaine rode toujours dans le coin.

Il est évident que la demande de la partie américaine est inacceptable pour Téhéran. L’opinion iranienne ne pourra jamais accepter une telle humiliation.

Mais alors quelle est la carte iranienne?

https://fr.euronews.com/2021/03/27/iran-chine-un-pacte-de-cooperation-strategique-de-25-ans

La carte est chinoise. Et elle est matérialisée par au moins 400 milliards de dollars d’investissement en Iran contre du pétrole et gaz de très bonne qualité. Tous les détails de l’accord ne sont pas publiques. Mais nous savons déjà que l’Iran va vers la fin du pétro-dollar. Les échanges avec la Chine se feront avec Yuan Chinois. C’est lourd de signification car en effet, les transactions se feront hors du système SWIFT, les USA n’auront donc, ni la possibilité de bloquer les transaction, ni même la connaissance précise du volume d’échange.

Et il y a bien sur la carte russe. Celle-ci pourra toujours fournir une aide technologique et surtout militaire.

En réalité, la grande gagnante du retrait américain est bien la Chine. Nous commençons à en apercevoir le contour 4 ans après. Les acteurs de la régions ont bien compris que la Chine est un choix fiable. Ainsi, nous voyons une utilisation assez importante du vaccin chinois contre le Covid-19. Les Emirats arabes unis ont même acquis le droit de production locale.

En effet, lors du retrait unilatéral de l’accord nucléaire en 2018, l’Europe a simplement suivi à cause de ses intérêts fortement dépendants des USA. Les seuls qui sont restés sont russes et chinois … et la nature a horreur du vide …

Des faits, seulement des faits

Nathan Rich est un américain résident en Chine depuis un certain nombre d’années. Au début, il avait autant de préjugés sur la Chine qu’un américain moyen. Désormais, il est devenu l’un des individus les plus suivis au sujet des analyses géopolitiques concernant la Chine.

Son parcours est assez hors du commun. Né dans une famille pauvre dont les parents faisait partie d’une secte, il les a perdus assez jeune. Sa mère est morte d’un cancer tandis que son père, alcoolique, n’a pas vécu assez longtemps pour qu’il en ait un souvenir clair. Depuis un an, on a décelé une tumeur dont on a du mal à déterminer la nature dans l’os de jambe gauche. Il prend la nouvelle avec philosophie et continue à alimenter sa chaîne youtube.

Ces détracteurs sont nombreux. On le traite de propagandiste à la solde du gouvernement Chinois, ou au mieux, un idiot utile. Je pense qu’il faut rester neutre vis à vis de cet individu et analyser les faits qu’il nous présente avec toute l’objectivité qui s’impose.

voici un travail important qu’il a réalisé il y a quelques temps. Un timeline des événements depuis 2017.

https://time.graphics/fr/line/423397

Je vous laisse faire vos propres opinions.

FactCheck: Le chinois qui mange un rat géant (faux)

Sur le web, une image traîne où l’on peut voir un homme de type asiatique, tenant un énorme rat dans la main, sourire aux lèvres. On peut lire : Retour à la normale en Chine: Reprise des barbecues.

Cet homme est-il chinois? le pauvre mammifère va-t-il finir sur la la braise? Voyons ce que dit notre “ami” google.

D’abord un petit tour sur google picture, et on remonte le temps jusqu’au 7 Juin 2015:

Sur ce tweet, on peut voir la même photo mais sans plus de détails. Nous savons déjà que la photo a été volée et détournée pour faire une mauvaise blague sur les chinois et leur supposé penchant à manger du rat.

Et si on va plus loin dans les recherches, on pourrait tomber sur ce lien:

Il s’agit de la photo originale. On voit beaucoup plus de détails pouvant nous conduire jusqu’à la genèse de cette histoire.

Sur l’image originale, nous pouvons voir l’enseigne: thiagan and kumar dental surgery.

Sur google maps, il s’agit d’un cabinet dentaire situé en Malaisie.

A priori, les avis sont très positifs, si vous avez mal aux dents lors d’un voyage à Jaya en Malaisie, vous serez entre de bonnes mains.

Et enfin, une photo de l’endroit actuellement:

Ça n’a pas vraiment changé. Les enseignes ont vécu, et le cabinet dentaire est toujours là. On espère cependant que le gros rat n’a pas été trouvé dans le cabinet.

Ministres Européens en Chine: Audience impériale ou “Les Trois Royaumes”?

A contrario de l’analyse simpliste proposée par RFI

https://www.rfi.fr/fr/asie-pacifique/20210529-la-chine-invite-quatre-ministres-europ%C3%A9ens-pour-tenter-de-resserrer-les-rangs

selon laquelle, la Chine essaie de limiter la casse suite à l’arrêt de l’examen des accords d’investissement sino-européens par les pays membres de l’Union.

Je pense que quelques subtilités ont du échapper au clavier de RFI (faudra peut-être changer les piles …). Et pourtant, c’est tellement subtile et difficile à voir qu’il m’a fallu aller les dénicher dans l’évidence: le choix des pays des ministres.

Commençons par l’Irlande. Un pays en périphérie de l’Europe, aussi bien sur le plan géographique qu’économique et politique. On ne peut pas vraiment dire que l’Irlande pèse aussi lourd que l’Allemagne dans l’Union. N’oublions pas que 56% des Nord-Irlandais étaient contre la sortie de l’UE, et ils sont aujourd’hui 44% à vouloir quitter le Royaume-Uni dans les cinq ans (contre 47% pour l’inverse): Une île divisée donc à la porte de l’Angleterre. Sans parler de l’Irlande du Nord, l’économie irlandais est très loin de profiter du dynamisme du voisin britannique, encore moins de celui du continent. Malgré de très fortes présences des majors de la HighTech dans le pays, l’économie réelle domestique irlandaise a énormément souffert de la pandémie et peine à s’en remettre, comme le souligne cet article:

https://www.courrierinternational.com/article/economie-ce-que-cache-le-miracle-irlandais

Le message chinois aux irlandais est le suivant: oubliée de l’Angleterre et du continent? La Chine ne vous oublie pas … La présence irlandaise en Chine est aussi un message adressé à ses voisins: j’irai chercher mon pain là où je suis attendu. Et si un jour, la Chine voudrait soutenir l’indépendance d’une île dans le monde … vous qui adorez l’indépendance des îles “rebelles”.

Puis, la Pologne. A cause de ses douloureux souvenirs du passé soviétique, la Pologne a toujours été assez proche des USA. Janvier 2019, Varsovie a arrêté un employé de Huawei et un polonais pour espionnage. Ainsi, la Pologne et le Canada sont les seuls pays au monde ayant arrêté des membres de Huawei. Cette arrestation a été suivie d’une bonne petite dizaine de milliers d’articles sur le supposé “espionnage” de Huawei par le biais de ses équipement télécom. Mais alors, pourquoi la Pologne a répondu positivement l’invitation de Pékin? Et d’ailleurs, pourquoi diable, Pékin a eu l’idée de parler aux polonais?

Il faut savoir que de récentes discussions entre Washington, Berlin et Moscou au sujet du Nord Stream 2: le gazoduc permettant d’acheminer le gaz russe directement à l’Allemagne, ont permis de débloquer la situation. Et l’Ukraine qui pensait peser dans la discussion en faisait une série de manœuvre près de la Crimée, se voit immédiatement plaquée au sol par un impressionnant déploiement militaire russe de l’autre coté de la frontière. Le ton est monté très haut entre Biden et Poutine, lorsque celui-ci se fait traiter de “tueur” par son homologue américain. En effet, l’enjeu est énorme. Si Nord Stream 2 livre ses gaz à l’Europe, l’Ukraine peut dire adieu à ses milliards rapportés par sa rente gazière en tant que pays transit. Mais la détente semble venir, et une rencontre est organisée entre Washington et Moscou. L’Ukraine a perdu, mais la Pologne s’inquiète. Elle voit bien que les USA n’hésitent pas à “oublier” ses alliés pour aller serrer la main à Poutine.

La Pologne adresse alors un message à Biden: lâchez moi comme vous avez lâché Kiev, vous verrez ce qui pourrait se passer. En effet, Pékin n’a pas l’habitude de lâcher ses alliés … L’Allemagne nazie et l’Union soviétique ont partagé la Pologne dans le passé. Une nouvelle entente germano-russe après la construction du Nord Stream 2 pose problème aux polonais, qui là aussi, gardent un souvenir douloureux. Coincée au milieu, la Pologne entend défendre ses intérêts.

Le message de Pékin adressé à l’Europe est claire: nous ne trahissons pas, nous ne changeons pas de ligne.

Je ne m’attarde pas sur la Hongrie, alliée indéfectible de la Chine en Europe. Elle est qualifiée de “tête de pont de la Chine en Europe”, et Victor Orban, le plus “chinois” des Européens.

Passons à la Serbie. Quel est le point commun entre les serbes avec les chinois? Un seul: la guerre des Balkans. Les serbes gardent de douloureux souvenirs des interventions dévastatrices et meurtrières de l’OTAN dans leur région. Et la Chine garde une humiliation des temps modernes qu’elle voit comme une cicatrice encore ouverte: la destruction de son ambassade à Belgrade par 3 bombardiers furtifs F117 de la US AirForces.

Cette invitation met en exergue un “problème” typiquement Européen: sa division. La Chine fait comprendre à l’Europe que celle-ci comporte de nombreux intérêts divergents au sein de son union. Jouer contre la Chine est un pari très risqué et Pékin n’hésitera pas à “jouer”.

Et d’ailleurs, pourquoi cette référence aux “Trois Royaumes”, l’un des 4 grands classiques de la littérature chinoise? Les Trois Royaumes désignent une situation où l’Empire Han, affaibli par les seigneurs, se divise en une opposition tri-partie où deux royaumes puissants s’opposant l’un à l’autre, et un troisième joue le rôle d’arbitre. La Chine voit l’Europe prendre ce rôle d’arbitre dans un monde tri-polaire.

Le tout est de savoir, l’Europe avec ses divisions et contradictions, a-t-elle le cran d’incarner ce rôle?

Quelqu’un envoie des piles à RFI?

Huawei: un ( faux )espion peut en cacher un ( vrai )autre

La guerre sous-marine, ne désigne pas seulement un conflit entre submersibles militaires. Depuis très long temps, c’est à dire pratiquement depuis le début de l’explosion de l’Interne au début des années 2000, le contrôle des câbles sous-marins où transitent les données de l’Internet est absolument crucial. Les USA l’ont bien compris et ne lâchent rien. Chaque requête, chaque octet émis et reçu ne doit leur échapper. La Chine l’a également bien compris. Comme à son habitude, elle a érigé un mur pour se protéger. Elle n’a que très peu de point d’interconnexion avec le reste du monde: 4 pour être précis ( Qingdao, Shanghai, Shantou et Hong-Kong ).

Mais la NSA fait tout pour avoir la main sur pratiquement tous les câbles sous-marins transcontinentaux, et notamment sur les poseurs de câbles. Une cellule spécialisée s’en occupe au sein de la NSA: la team-telecom.

Sur les révélations d’Edward Snowden, le Washington Post a révélé que les États-Unis ont tout fait pour maintenir un contrôle stratégique sur les firmes de câbles. Ils ont notamment fait échouer un projet de rachat de la société Global Crossing par une firme de Hong-Kong en 2003. La compagnie Singapore Technologies Telemedia, qui racheta finalement l’entreprise, dut accepter des règles très strictes pour garantir que les principaux postes restent occupés par des citoyens américains et que la NSA puisse avoir accès aux données transitant sur les câbles. ( sources: https://www.cairn.info/)

Mais il faut bien “vendre” cette manie à vouloir tout contrôler sur internet au grand public. La stratégie est simple, il s’agit de désigner un ennemi à a fois idéologique, économique, religieux et culturel. Des perles rares comme ça, ne courent pas la planète, je vous laisse chercher sur une carte mondiale.

En attendant, la NSA ne chôme pas.

https://www.01net.com/actualites/comment-la-nsa-s-est-servie-du-danemark-pour-espionner-la-france-et-d-autres-pays-europeens-2043511.html

Nous apprenons que les USA continuent, malgré les promesses d’Obama, à espionner ses “alliés”. D’après Snowden, Biden est évidemment au courant.

Biden is well-prepared to answer for this when he soon visits Europe since, of course, he was deeply involved in this scandal the first time around.

There should be an explicit requirement for full public disclosure not only from Denmark, but their senior partner as well. https://t.co/TJL7gr6dy8— Edward Snowden (@Snowden) May 30, 2021

https://www.01net.com/actualites/comment-la-nsa-s-est-servie-du-danemark-pour-espionner-la-france-et-d-autres-pays-europeens-2043511.html

Mais comment font les USA pour espionner? C’est très simple, il suffit de se connecter sur les équipements de HUB (arrivées des fibres sous-marines transcontinentales), pour collecter toutes les données transitées entre 2 plaques: données d’internet, mais aussi “la voix” qui comprend tous les coups de fils et SMS. Et oui, en effet, cela fait au moins 15 ans que les coups de téléphone sont numériques. Donc, un SMS ou une conversation téléphonique est traité de la même manière qu’un poste sur Instagrame ou votre déclaration d’impôt sur le revenu. C’est peut-être le moment de se mettre au radioamateur sur la bande de 144MHz?

Dans précédent billet

J’ai parlé du câble qui atterrit sur la plage de Prado en provenance du Pakistan: le PEACE. L’opérateur HengTong est majoritairement détenu par Huawei. Le HIC de ce câble est l’équipement Huawei, sans doute compliqué à raccorder sur le système d’écoute de la NSA. Nous comprenons maintenant la raison de la chasse aux sorcières Huawei par les USA.

Si les équipements du HUB sur l’île d’Amager étaient Huawei, la NSA n’aurait sans doute pas pu s’y connecter.

Alors finalement, le vrai espion c’est celui qui se cache derrière un faux …

Et comment tout cela va se terminer? Étant donné que toute l’Europe, et notamment la France, dépend très fortement des état-unis pour le renseignement, cela finira exactement de la même manière que la dernière fois, lorsque Snowden a révélé le projet PRISM au monde entier: pchiiittttt.

Génocide et crime contre l’humanité – sous couverture américaine

Parmi les crimes contre l’humanité commis par l’armée impériale japonaise en Chine, un chapitre sombre a été caché depuis toujours, et reste méconnu aujourd’hui: le test sur l’humain et le déploiement des armes bactériologiques sur la population civiles en Chine par l’unité 731.

Dysenterie, choléra, la peste noire et la maladie du charbon ( tiens tiens …), tout a été testé sur les civils chinois et quelques prisonniers de guerres soviétiques. Et la vivisection a été pratiquée sur les civils chinois sans anesthésie. Des dizaines millions de mouches et de puces infestées de maladies contagieuse ont été larguées sur la population civile en Chine provoquant des épidémies.

Le général Ishii et sa famille à Tokyo

Ces crimes ont été commis sous la direction du général Shiro Ishii. A la fin de la guerre, les états-unis étaient particulièrement intéressés par les résultats des “recherches” d’Ishii. MacArthur a alors accepté l’immunité totale de tous les membre de l’unité 731 capturés par les USA.

Une équipe de scientifiques du Fort Detrick( un nom familier n’est ce pas? ) a été envoyée pour examiner les résultats des horreurs des savants fous japonais. Mais à part les détails sordides des prisonniers qui meurent sous la vivisection ou autre expériences diaboliques, il y a très peu de science. Mais, cela n’empêche pas Ishii d’aller faire une conférence sur l’arme biologique au laboratoire militaire de Fort Detrick.

Si vous avez l’estomac bien accroché, je vous conseille un livre écrit dans un anglais facile à lire: Factories of Death: Japanese Biological Warfare, 1932-45 and the American Cover-Up

Sous l’oeuil bienveillant de la plus grande démocratie au monde, le général Ishii, meurt d’un cancer de la gorge sur son sol natal, en 1959.En 1989, une énorme quantité d’ossement humain a été découverte sur le site de la faculté de médecine militaire à Tokyo. L’origine de ces ossements humains reste inconnue à ce jour.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Shir%C5%8D_Ishii

Le Japon: le rêve impérial?

Cela n’a échappé à personne que les états-unis font la guerre à la Chine depuis Obama. Si cette guerre était autre fois couverte sous l’ambiance feutrée des ambassades, elle est ouverte depuis l’administration Trump. Mais il est intéressant de constater que le Japon soit resté presque silencieux durant toutes ces années. Cette guerre ne le concerne pas? La réponse est plutôt le contraire: le Japon est le premier concerné après la Chine. Mais qu’attend-il depuis toutes ces années?

Quelque soit la réponse, nous savons qu’il n’attend plus, l’heure est venue.

https://www.state.gov/translations/french/les-etats-unis-et-le-japon-elargissent-la-cooperation-economique-indopacifique/

Le 16 Mars 2021, comme l’a annoncé le département d’état américain sur son site officiel, l’heure est au renouveau avec le Japon. Les 2 pays élargissent leur coopérations. Mais personne n’est dupe, ce renouveau a une cible. C’est la Chine.

https://www.rfi.fr/fr/am%C3%A9riques/20210316-chine-japon-cor%C3%A9e-inde-l-asie-priorit%C3%A9-de-la-diplomatie-am%C3%A9ricaine

Cet article de RFI souligne un fait, les état-unis sont “mal au point” à cause de la pandémie qu’ils peinent à maîtriser. Étouffer l’ascension d’un géant comme la Chine à 12000Km, c’est très coûteux. Il est claire qu’un allié proche ayant une bonne capacité militaire peut être vital.

Comment les états-unis en sont arrivés là?

Et bien si nous remontons jusqu’au sommet Sino-américain qui a eu lieu à Alaska, qui s’est déroulé à peu près à la même période, sous un climat glacial, au sens propre et figuré du terme. A la “grande” surprise de la partie américaine, la Chine n’a rien cédé et a même vivement critiqué la violation des règles diplomatiques de la partie américaine au début du sommet. Et pour ne rien arranger, la traductrice américaine a cafouillé dans ses traductions alors que la chinoise a réussi sa prestation avec brio.

Le boycott du coton de XinJiang a sucité une vive réaction patriotique des chinois, on va jusqu’à flouter la moitié des émission télévisées pour cacher les marques boycottées par les consommateurs chinois.

Les “visites” des flottes du PACOM en mer de Chine du sud n’ont pas impressionné l’APL. Les formations de combats américaines ont été bien “reçues”.

Bref, rien de très concret n’a été obtenu depuis l’investiture de Biden. Il est temps de jouer sur une autre partie de l’échiquier. Ce sera la partie du Japon.

Le Japon, à l’instar de la Turquie, rêve depuis toujours de retrouver la grandeur impériale d’antan. L’occasion est revenue de jouer le rôle de la pièce maîtresse sur l’échiquier. Mais il n’est pas question d’offrir la victoire contre la Chine sur un plateau d’argent. Le Japon retrouvera sa place de royaume vassal auprès des états-unis. Le Japon a tout intérêt à faire pencher la balance au coté américain ( s’imposer face à la Chine) à lui seul, pour revendiquer sa place du maître incontesté dans cette zone du pacifique. D’autant plus qu’il a un atout dans la main. Le Japon fournit de très nombreuses technologies à la Chine que cette dernière ne maîtrise pas.

Mais qu’en pense la Chine?

Un groupe aéronaval chinois aux capacités accrues s’est déployé entre Taïwan et le Japon pour des exercices

Rien.

Sans dire un mot, une formation de combat au tour du porte-avion LiaoNing s’est formée assez rapidement. Il effectue un passage au détroit de Miyako.

“Selon le ministère japonais de la Défense, qui l’a suivi de près, outre le CNS Liaoning, le groupe aéronaval chinois se compose de deux contre-torpilleurs de type 052D, d’une frégate de Type 054A, d’un navire de soutien de Type 901 et, surtout, pour la première fois, du Nanchang, un croiseur de Type 055 « Renhai », doté de 112 cellules de lancement vertical [64 à l’avant, 48 à l’arrière] pour différents types de missiles.” Il y a sans doute un sous-marin qui accompagne la formation de combat.

Quoi qu’il en soit, le réveil japonais n’est pas très bon pour la Chine. Et il est même probable que l’administration Biden réactive Taiwan pour s’imposer face à la Chine, alors que dans un précédent article, j’avais plutôt vu le contraire. Mais, le durcissement de la Chine sur tous les fronts obligent les états-unis à changer de tactique, offrant une occasion en or au Japon de raviver son rêve impérial.

Nous en aurons le cœur net lors de la prochaine visite du premier ministre japonais aux état-unis ce mois ci.

Boycott du coton de XinJiang: Le Test

Le textile est l’une des grandes industries de la Chine. En 2018, la Chine a exporté pour 119 Milliards de Dollars de produits textiles.

https://fr.statista.com/statistiques/559768/principaux-pays-exportateurs-textiles-valeur-exportations-monde/

La Chine compte des villes entières dont l’économie est basée sur la confection de la chaussette ou autre produits textiles bien identifiés. Et l’une des matières premières de cette industrie est bien le coton. Ça tombe bien, la province autonome de XinJiang, région des ouïghours, produit l’un des meilleurs cotons au monde et en quantité impressionnante.

Sur fond de dispute entre la Chine et l’Occident sur les droits de l’homme à XinJiang, de grandes marques occidentales appellent au boycott du coton produit de cette région. Parmi lesquelles, on trouve Nike, H&M, GAP, TOMMY HILFIGER … Toutes, sont présentes sur le marché chinois. Ça, c’est très intéressant. Mais pourquoi font-ils cela s’ils sont encore présents en Chine? Qui est derrière tout cela? Les USA?

La réponse n’est pas aussi évidente. Avant de remonter jusqu’à un état souverain, il vous faudra vous familiariser avec les ONG et les agences à 3 lettres ( non, je ne parle pas de la CIA, ni de la NED ou autre NSA). Il s’agit, ici, de la BCI ( Better Cotton Initiative: https://bettercotton.org/about-bci/ )

Qu’est ce que c’est?

C’est une ONG Suisse luttant pour un coton produit dans de bonnes conditions sociales, humaines et environnementales. C’est beau sur le papier, mais cela ne l’est pas tellement quand on retourne le papier:

https://blog.la-pigiste.com/2019/03/25/la-vaste-arnaque-du-coton-de-la-filiere-better-cotton-initiative-bci/

En effet, d’après ce blog qui s’est inspiré d’une enquête de cash investigation, quand on aura parcouru l’intégralité indigeste de la charte de la BCI, on s’aperçoit qu’elle est plutôt très peu regardante sur le respect environnemental. Les OGM et produits chimiques toxiques pour l’environnement et l’humain sont autorisés ( pas interdits ). C’est la crédibilité de la BCI qui en prend un coup sur l’aspect écologique. Mais la BCI ouvre la porte au marché international. Alors, pratiquement toutes les marques de textiles adhèrent à la BCI, c’est une quasi obligation. Et pourtant, cette démarche est simplement en train de “tuer” le vrai coton bio.

Ce n’est pas tout, l’enquête a montré autre chose:

https://fr.fashionnetwork.com/news/coton-epinglee-par-cash-investigation-la-better-cotton-initiative-repond,896917.html

dont le reportage a été diffusé sur France 2 le 28 Novembre 2017:

https://www.francetvinfo.fr/replay-magazine/france-2/cash-investigation/cash-investigation-du-mardi-28-novembre-2017_2478912.html

En effet, d’après le reportage, la BCI s’est également montrée “conciliante” avec le travail des enfants dans les conditions d’esclavage en Ouzbékistan et surtout au Bangladesh.

Nous voyons que la BCI est en réalité un logo vide de façade. Le grand public sera sûrement séduit par ses engagements théoriques. Et les multinationales sont toujours libres de faire à peu près ce qu’elles veulent. C’est ce qu’on appelle un business win-win bien monté. Quand on sait que la Turquie était ( et l’est peut-être encore) impliquée dans des trafics de pétrole et du coton en provenance de le Syrie, où des crimes contre l’humanité ont été et sont encore commis sans que la BCI s’en émeuve …

Mais pourquoi s’est-elle montrée tout un coup intransigeante sur la question des droits de l’homme à XinJiang? D’où lui vient cet amour soudain pour ce peuple ouïghour?

La réponse est indirectement fournie par la responsable de l’antenne de la BCI à ShangHai:

http://m.news.cctv.com/2021/03/27/ARTIEAix6FLRIDuVMNFnB7JI210327.shtml

Elle déclare à la fin de l’interview par la CCTV, la chaîne chinoise officielle: Si la BCI bloque l’exportation du coton de XinJiang, c’est à peu près 500000 tonnes de cotons qui n’entrent pas sur le marché.

Un demi million de tonnes de cotons sera pourri sur place à XinJiang. Voilà l’enjeu, c’est l’argent.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Coton#Le_coton_en_Asie

Ce lien wikipedia montre que la Chine est le premier producteur du coton en Asie. L’inde suit de très près, arrive en 2ième position. Cela devrait nous interpeller. En effet, un sommet virtuel “quad” a eu lieu le 12 Mars 2021 entre les USA, l’Inde, le Japon et l’Australie. Il est intéressant de constater la présence d’un très grand producteur mondial du coton parmi les 4 pays. De là, faire le lien avec ce boycott du coton de XinJiang, il n’y a qu’un pas.

L’objectif est tout à fait claire: sortir de la dépendance vis à vis de la Chine sur les chaînes d’approvisionnement à l’échelle mondiale. Ce faisant, cela portera un coup dur à l’économie de la région de Xinjiang, pièce maîtresse du gigantesque projet de la nouvelle route de la soie. La question n’est pas de savoir si le marché intérieur chinois sera capable d’absorber le surplus de coton, mais d’observer comment la Chine va faire pour garder la main sur la chaîne d’approvisionnement, ou, contourner l’offensive de Biden par d’autres moyens. L’accord d’investissement avec l’Europe et la signature de RCEP peuvent être vus comme moyen de contrer la tentative étasunienne de retirer la Chine de l’approvisionnement mondial.

Mais revenons à nos cotons, qu’en est-il du coton indien?

https://base.d-p-h.info/fr/fiches/dph/fiche-dph-7570.html

D’après cet article très complet sur le sujet, on y voit surtout de l’ombre américaine, à travers Monsanto… Le semencier controversé fourni en effet des variétés de coton OGM qui pose problème à l’environnement en Inde. La variété BT (monsanto) ne convient pas à l’environnement local, et les paysans indiens continuent à employer massivement les produits toxiques dans les champs de coton, comme le montre ce reportage de France 2, diffusé le 9 février 2018:

https://www.francetvinfo.fr/monde/environnement/pesticides/conso-la-face-cachee-du-coton_2603186.html

L’objectif de cet article n’est pas de démontrer qui a raison ou tort sur ce sujet du coton à XinJiang, mais de montrer les enjeux géostratégiques, économiques, humains, environnementaux du coton. C’est loin d’être aussi simple qu’une querelle entre marques de vêtement et les consommateurs chinois.

C’est la première vraie bataille engagée dans la nouvelle guerre froide qui oppose la Chine au bloc Occidental.

C’est un test pour la Chine: est-elle prête pour cet affrontement sans merci ? C’est un test pour le bloc Occidental: a-t-il encore les moyens d’étouffer l’ascension la Chine vers la place d’une grande puissance mondiale?

C’est comme au début d’une grande offensive terrestre: les 2 camps ajustent le tir de l’artillerie lourde en tirant un coup de pointage. Les suivants seront pour tuer.

La Guerre USA-Chine démarrera-t-elle à Taiwan ?

Si on utilise le vocabulaire américain, il y a une ligne rouge que personne ne peut franchir sans provoquer une guerre directe et immédiate avec la Chine. Il s’agit bien de la question de Taiwan. L’indépendance de l’île signifie le début des opérations militaires immédiates et sans retour en arrière possible de la part de la Chine.

Tous les pays le savent, Taiwan le premier. La stratégie de Obama était de préserver cette zone au cœur de la zone chinoise comme une épine dans le pied de pékin. Puis, faire front commun avec les alliés traditionnels pour étouffer la Chine afin qu’elle cède sous le pression venant de tous les côtés. C’est une stratégie bien connue du jeu de Go. Un jeu où les démocrates sont passés maîtres.

Trump était assez étranger à toutes ces subtilités. Il préfère appuyer fort sur Taiwan pour le faire devenir le fer de lance de sa politique d’agression directe. Mais ce qu’il ne comprend pas, est que si on tente de faire avancer des pièces isolées en terrain ennemi, cela pourrait pousser l’ennemi qui en a les moyens de les éliminer les premiers. On perd alors l’initiative sur l’échiquier (du jeu de GO), et l’offensive risque de se transformer en un jeu défensif.

Que fait Biden?

Ou plutôt Obama II ?

Voyons ce qui se passe à Taiwan depuis l’investiture de celui-ci.

Le 1er Février, un événement important est passé totalement inaperçu sur les médias français, trop occupé à traquer le pangolin responsable de la pandémie dans les restaurants chinois du 13ièm arrondissement de Paris. Il s’agit du retour sue la scène politique de ZhaoShaoKang ( 赵少康 ).

Ancienne étoile montante du parti nationaliste GuoMinDang, il s’est retiré de la politique dans les années 90 pour se consacrer à sa vie médiatique. Son retour au parti d’opposition intrigue. Il est claire qu’il se prépare pour les élections de 2024. La question est, qui a été capable de le convaincre de revenir en politique après toutes ces années? En effet, le parti nationaliste a perdu les deux dernières élections au profit de du Parti démocrate progressiste de CaiYingWen ( 蔡英文), pro-US. Celle-ci était particulièrement active durant les émeutes à HongKong.

Mais seulement voilà, les vents ont tourné pour elle. Même Time qui avait pourtant élu Mme. Cai comme la seule personne capable de diriger la seule démocratie chinoise, a du retourner sa veste.

voici parmi les 100 personnalités émergentes de 2021, élues par Time.

https://time.com/collection/time100-next-2021/5937701/johnny-chiang/

On retrouve un certain Johnny Chiang ( 江啟臣), actuel président du parti d’opposition nationaliste. Inconnu ou presque en Occident, le voilà promu comme une personne sur qui il faut compter en 2021. Lui, qui doit aussi accueillir le retour d’un vieux routard de la politique comme ZhaoShaoKang au sain de son parti pour contrer Mme. Cai en 2024.

La lecture est la suivante: Cai est lâchée par Biden. Celui-ci ne veut pas de guerre directe avec la Chine. Cai est considérée comme trop indépendantiste, et gène le jeu américain. La guerre Chine-USA sur la question de Taiwan n’aura très probablement pas lieu sous l’administration Biden.

Mais, cette guerre militaire mais silencieuse, sous une forme méconnue du grand public, a bien eu lieu, 3 jours après l’investiture de Biden, en mer de Chine du sud. Il s’agit d’un affrontement directe de guerre électronique entre la US NAVY et l’APL.

On voit que la guerre peut avoir lieu n’importe d’où, n’importe quand, sous n’importe quelle forme. Il n’est pas nécessaire d’avoir mort d’homme, mais les conséquences peuvent être tout aussi désastreuses pour les perdants. Si le point chaud n’est plus l’île de Taiwan, il existe bien. Et avec Biden, il risque d’y avoir de plus en plus de points chauds sur tous les fronts. On reconnaît bien le style d’Obama.

On a vraiment si peur des téléphones Huawei?

Non.

Mais il fallait bien une feuille pour cacher la forêt. En effet, Oppo, XiaoMi, Oneplus ou wiko fabriquent aussi d’excellents modèles de téléphones pour moins chers. Pourquoi cet acharnement sur Huawei? On a si peur de leurs antennes 5G? à moins que ce soit les concentrateurs? les routeurs?switches? clé wifi?

Sous l’ère Trump, les états-unis ont décidé de “ramener la Chine à l’âge de pierre”, et Biden ne fait que persister dans la même voie. La preuve est sur le site de l’ambassade des états-unis:

https://fr.usembassy.gov/fr/annonce-de-lextension-du-programme-clean-network-destine-a-proteger-les-atouts-des-etats-unis-par-michael-pompeo/

C’est le programme “clean network” qui consiste à interdire toute activité de la Chine sur 5 secteurs numériques identifiés:

Clean Carrier: FAI propre

Clean Store: Magasins d’applications propre

Clean Apps: applications mobiles propres

Clean Cloud: Service de nuage propre

Clean Cable: Liaison optique transcontinentale propre

Les noms des majors chinois de ces 5 secteurs du numérique sont clairement cités sur la page de l’ambassade américaine: Tencent, Alibaba, Huawei ou Baidu… rien n’échappe à la vigilance. Le nom de Huawei apparaît 2 fois sur la page. Quatre lignes, lui sont entièrement consacrées. Cela montre bien la priorité que les agences américaines s’accordent vis à vis de Huawei.

Si la Chine ne peut plus se développer sur ces 5 secteurs précédemment cités, que deviendra-t-elle?

Elle sera cantonnée à nouveau à son rôle de fabriquant de chaussures et de jouets à bas coût et à bas prix. Les intermédiaires pourront, à nouveau, vendre ses babioles à 1€ sorties d’usines, à 15€ une fois arrivées dans les rayons en Europe.

Mais pourquoi cette obsession sur Huawei? Et qu’est ce que cette histoire avec le “clean cable”: liaison transcontinentale propre?Les états-unis ont la capacité de pirater les liaisons transcontinentales du monde entier lorsque cela ne lui appartient pas. Et quand on sait que sur les 430 liaisons sous-marines mondiales, la plupart sont opérées par les acteurs américains, la NSA ne doit pas être débordée de boulot de ce coté-ci.

Mais il y a un endroit où les opérateurs US sont absents, voici l’image:

Et oui, c’est passé sous silence dans les médias Français, trop occupés par le pangolin. Chaque point est une connexion terrestre. Le départ étant le Pakistan qui a une liaison terrestre vers la Chine, le terminus est à Marseille, sur les jolies plages de Prado.

Ce câble entièrement financé par HKT reliera en 2021 la France au Pakistan.

Cette liaison optique Eurasienne fait actuellement 12000Km de long. En France, c’est Orange qui opère pour l’accueil de la liaison à Prado. Pour le reste, c’est 亨通 (HengTong) qui s’en occupe.

Cette liaison qui connecte quelques meilleurs ennemis de l’Amérique, s’appelle PEACE ( Pakistan & East Africa Connecting Europe). Et pour couronner le tout, le troisième plus gros actionnaire de HengTong est bien Huawei. Celui-ci est le fournisseur de tous les équipements nécessaires à la liaison PEACE.

Et parmi ces équipements, un seul est absolument critique: le hub à l’accueil de la fibre, lorsque celle-ci débarque sur le data center à la plage de Prado. Si on doit pirater une liaison inter-continentale, c’est là qu’il faut opérer.

Problème: ce HUB est propriété de Huawei. oups! C’est un peu plus délicat que si c’était un Cisco ( Américain ), en effet. Nous comprenons alors toute l’importance du paragraphe “clean cable” et cet acharnement sur Huawei.

L’illumination de la liaison est prévue fin 2021. Les temps d’accès et le débit entre l’Europe et la Chine seront grandement améliorés. Biden n’aura finalement pas réussi à impressionner l’Europe, un point pour la France.